Accueil » À la une » La Faune nocturne prend son envol

La Faune nocturne prend son envol

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest2

Françoise La Roche

C’est le vendredi 8 janvier qu’a eu lieu l’ouverture de deux expositions voisines dans les salles Edge et Focus d’Arts Underground. Dans la première, l’exposition Faune présente des œuvres de Cécile Girard, Joe la Jolie et Sylvie Binette. Des textes d’interprétation écrits par Delphine Bouteiller, Léonie Marion Jetten et Joe la Jolie accompagnent les œuvres et les commentent.

Dans la seconde, ce sont les Oiseaux de nuit de Virginie Hamel que le public est invité à admirer.

Touffu, Cornu et Perdu

Cécile Girard présente trois dessins aux crayons de bois et à l’encre de Chine sur papier. Intitulés Touffu, Cornu et Perdu, il émane d’eux une douceur déstabilisante.

Cécile Girard, Sylvie Binette et Joe la Jolie posent en compagnie de Virginie Hamel à l’occasion du vernissage de deux expositions conjointes à la galerie Arts Underground, sur la rue Main, le 8 janvier dernier. Tandis que Mme Hamel inaugurait sa collection de dessins au crayon de bois, Les oiseaux de nuit, ses camarades-artistes présentaient le travail réalisé dans le cadre de l’exposition Faune, à laquelle ont également contribué Léonie Marion Jetten et Delphine Bouteiller. Photo: Thibaut Rondel

Cécile Girard, Sylvie Binette et Joe la Jolie posent en compagnie de Virginie Hamel à l’occasion du vernissage de deux expositions conjointes à la galerie Arts Underground, sur la rue Main, le 8 janvier dernier. Tandis que Mme Hamel inaugurait sa collection de dessins au crayon de bois, Les oiseaux de nuit, ses camarades-artistes présentaient le travail réalisé dans le cadre de l’exposition Faune, à laquelle ont également contribué Léonie Marion Jetten et Delphine Bouteiller. Photo: Thibaut Rondel

« Il arrive qu’on ne sache plus trop quoi faire avec quelque chose de très doux. Les dessins de Cécile Girard sont calmes et sans exubérance, mais ils exigent une attention — quelque chose qu’on n’est d’abord pas sûr d’être capable de donner. […] Ils représentent des formes animales intriquées, humbles, qui accumulent les couleurs vibrantes. Cécile Girard souligne ses formes animales d’un trait noir unique, et leur unidimensionnalité les rapproche du papier; ils ne prétendent pas à autre chose qu’à l’image. » [Léonie Marion Jetten]

Quête sauvage

Les deux huiles sur toile que nous offre Joe la Jolie représentent une faune très éclectique.

« Outre un bestiaire sauvage traditionnel, campé dans la neige au premier plan et, en fond, un paysage typique du Yukon, des figures féminines – récurrentes dans les œuvres de Josée – se mêlent au décor, l’enlacent, donnant ainsi toute sa profondeur au tableau. Des coups de pinceau nuancés autour du soleil rappellent ceux de Van Gogh, grâce auxquels le peintre donnait du mouvement et de la lumière à « La Nuit étoilée ». Loin des tourments de celle-ci, l’épaisseur du trait et la palette de couleurs de Josée nous ramènent plutôt vers une ambiance de conte de fée nordique. » [Delphine Bouteiller]

Résilience

L’œuvre de Sylvie Binette relève de l’art écologique. Formée à l’écologie forestière, elle crée des installations qui sont liées à l’histoire et à l’environnement.

« Comme la forêt boréale, l’homme se régénère en vivant ses propres feux de forêt intérieurs qui font table rase sur sa vie. […] Des deux définitions appliquées à la forêt et à l’homme, brûlés, quasi éradiqués par le feu, la résilience, voire régénérescence, fait que les deux sujets renaîtront de leurs cendres. La preuve : l’arrivée des coléoptères, emblème de la vie qui s’incruste partout, malgré la destruction. » [Joe la Jolie]

Les oiseaux de nuit

Virginie Hamel nous invite à rencontrer ses oiseaux de nuit qui prennent vie grâce aux traits des crayons de couleur qu’elle transpose sur papier Canson noir. Ses noctambules ne sont jamais seuls. En couple, à trois ou en bande, ils posent fièrement dans un univers de ténèbres tout en explosant de couleur. L’artiste oppose des contraires avec brio : l’obscurité et la lumière; la douceur et la force.

L’exposition est visible jusqu’au 30 janvier à Arts Underground.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest2


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *