Accueil » Actualités » Art et culture » La culture à travers la sculpture

La culture à travers la sculpture

Nelly Guidici

Duran Henry a trouvé l’inspiration des motifs de ce panneau circulaire lors d’une visite au Musée d’anthropologie de Vancouver. Photo : Nelly Guidici.

Duran Henry a trouvé l’inspiration des motifs de ce panneau circulaire lors d’une visite au Musée d’anthropologie de Vancouver. Photo : Nelly Guidici.

Originaire de Whitehorse et membre de la Première nation Kwanlin Dün, Duran Henry fait partie de l’équipe renommée de sculpteurs du Studio Northern Cultural Expression Society sur la 4e Avenue.

Henry est issu d’une famille d’artistes : ses oncles Richard, Jim et Eddie Shorty ainsi que son père Ray Shorty, aujourd’hui décédé, sont reconnus pour leur art au-delà des frontières du Yukon. Ce n’est qu’en 2006 qu’Henry a décidé de joindre le programme du studio de sculpture créé deux ans plus tôt. C’est à travers le projet « Sculpter notre chemin » qu’il a amorcé sa carrière artistique. Le projet en question avait pour but de soutenir et d’encourager les jeunes à explorer leurs propres compétences artistiques.

Enseigner dans les écoles

Aujourd’hui sculpteur accompli, Henry qui est employé du studio est également devenu professeur. Enseignant dans les écoles, il a passé une semaine à Ross River et deux semaines à Faro dernièrement auprès d’élèves allant de la maternelle jusqu’en 12e année. L’artiste qui n’avait pas vraiment imaginé enseigner un jour précise : « Enseigner aux enfants est un véritable défi et c’est quelque chose à laquelle je ne m’attendais pas du tout. À leur contact, j’apprends la patience. »

L’expérience concluante sera reconduite à la prochaine année scolaire, car Henry prévoit de retourner à l’école de Ross River avec de nouveaux projets en tête : « Ils ont beaucoup d’énergie et sont très intéressés ». De plus, les petits semblent les plus attentifs et assidus. « Ils écoutent et sont patients, ce sont les meilleurs! »

De la sculpture à la danse

Le masque en cèdre rouge sur lequel Henry est en train de travailler est une commande du Centre culturel Kwanlin Dün. Masque de danse à forme humaine, cette pièce sera prêtée aux différents groupes de danse de la ville lors des représentations et des festivités. Sur la partie droite, il a peint un corbeau tandis que de l’autre côté du visage, un motif de plume orne la pièce inachevée. « Ça va être un masque de danse, je vais y ajouter du crin de cheval sur le dessus. »

Ce masque en cèdre rouge sera utilisé par les groupes de danse de Whitehorse. Photo : Nelly Guidici.

Ce masque en cèdre rouge sera utilisé par les groupes de danse de Whitehorse. Photo : Nelly Guidici.

L’intérêt de cette œuvre est le fait qu’elle ne sera pas cloisonnée derrière une vitre. Comme le rappelle le jeune sculpteur : « Cette œuvre d’art sera “vivante”, car elle sera utilisable. »

L’inspiration à travers les œuvres d’autres artistes

En parallèle, le sculpteur travaille sur une pièce ronde de cèdre jaune originaire de Terrace en Colombie-Britannique. Il y a plusieurs mois, lors d’un voyage à Vancouver et alors qu’il visitait le Musée d’anthropologie, Henry fut inspiré par les motifs d’une boîte en cèdre tlingit. « Je l’ai prise en photos, j’étais fasciné par les motifs. » Inspiré par ce qu’il avait vu, Henry a décidé de commencer la sculpture d’un panneau circulaire en s’inspirant des motifs qu’il avait pris en photos. « Je n’ai pas sculpté le motif original, j’ai apporté quelques changements », précise l’artiste.

Cette pièce dont il prévoit de terminer la sculpture dans un mois représente l’esprit de l’ours. « Je ne suis pas certain de l’origine de l’histoire, mais ce que j’aime dans ce motif, c’est sa complexité et sa simplicité également. »

Si la curiosité vous pousse à aller admirer ces deux œuvres de vos propres yeux, je vous invite donc à aller les découvrir au studio de sculpture Northern Cultural Expression Society. Quant au masque, il devrait prendre vie au son des tambours lors du Festival culturel Adäka qui se tiendra du 27 juin au 3 juillet 2014 sur les rives de la rivière Yukon derrière le Centre culturel Kwanlin Dün.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *