Accueil » Chroniques » Éducation » La CSFY opte pour un modèle de gouvernance par politiques axé sur les résultats

La CSFY opte pour un modèle de gouvernance par politiques axé sur les résultats

La CSFY opte pour un modèle de gouvernance par politiques axé sur les résultats
PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Maud Caron, adjointe à la direction générale de la CSFY

La Commission scolaire francophone du Yukon a adopté, lors de la réunion publique du 15 janvier 2015, un nouveau modèle de gouvernance par politiques axé sur les résultats.

Comme mentionné par M. Gouaillier, président, lors de cette réunion publique : « Il est bon de rappeler que ce travail, même s’il requiert l’abrogation de l’énoncé des anciennes politiques et l’adoption de l’énoncé des nouvelles, reste bien un réaménagement des politiques actuelles afin de refléter le mode de gouvernance choisi et non un exercice visant à modifier, ajouter à ces politiques ou abroger certaines d’entre elles, ce qui aurait vraisemblablement donné lieu à un exercice de consultation publique. »

Par définition, la gouvernance est cette capacité d’une commission scolaire d’orienter son organisme vers des résultats performants en fonction de la mission première qui lui a été confiée. Des politiques claires et simplifiées orientent les axes d’intervention des commissaires et des directives administratives permettent d’encadrer les prises de décisions et actions de la direction générale.

Ce nouveau modèle définit les finalités en éducation, dont le processus de gouvernance, les responsabilités des commissaires en conseil et de la direction générale ainsi que le profil de sortie de l’élève avec des domaines de compétence précis.

Il a été développé avec l’appui de la firme Raymond Chabot Grant Thornton & cie, chef de file dans le domaine. Cette firme a, entre autres, travaillé de concert avec différents conseils scolaires à travers le Canada pour développer leur propre modèle de gouvernance adapté à la réalité de chacun. La CSFY espère d’ailleurs pouvoir inviter M. Godbout pour une séance d’information à ce sujet.

Des résultats pour le bien-être des élèves

La gouvernance axée sur les résultats permet de prioriser le bien-être des élèves et d’assurer les finalités en éducation. Cette gouvernance vise à améliorer l’efficacité de l’organisation, définir les orientations et priorités, délimiter clairement les rôles politiques et administratifs, aspirer à des résultats clairs et un cadre d’imputabilité pour y arriver. Elle permet d’améliorer le mode de fonctionnement de la table politique, de porter un regard vers l’avenir et d’examiner certaines pratiques gagnantes en matière de gouvernance.

Elle garantit, entre autres, une symbiose entre les commissaires et l’administration. Elle réaffirme le mandat des commissaires qui parlent d’une même voix, se préoccupent des orientations et des objectifs en éducation, définissent, délèguent et évaluent l’atteinte des résultats.

Par le passé, des rapports d’activités et des rapports financiers étaient présentés lors des réunions publiques. Dorénavant, la direction générale fera un rapport de conformité pour chaque limite qui lui a été fixée par les commissaires en conseil. Chaque limite à la direction générale sera donc évaluée à différentes réunions publiques selon un calendrier annuel.

Une préoccupation pour l’avenir

Ce mode de gouvernance s’inscrit dans le contexte politique actuel et la réalité des francophones en situation minoritaire. Il est un cadre de travail étroitement lié au dépôt des rapports et aide l’allocation des ressources. Son but est d’apporter une valeur ajoutée à ce qui est offert par la CSFY.

Bien plus qu’un simple mode de gestion, il appuie l’engagement des commissaires en conseil pour les aider à assumer pleinement leur rôle de fiduciaire de la Charte canadienne des droits et libertés et de la Loi sur l’éducation. Ce modèle de gouvernance assure un positionnement stratégique susceptible de doter la CSFY des politiques, des ressources et des outils nécessaires au plein épanouissement de la gestion scolaire en français langue première au Yukon.

Plusieurs commissions scolaires à travers le Canada ont opté pour ce style de gouvernance. Des conseils scolaires de l’Ontario, du Manitoba, de l’Alberta et de Terre-Neuve pour ne nommer que ceux-ci ont pris ce même virage et ont également adopté le modèle de gouvernance axé sur les résultats.

Nous vous invitons à consulter notre site Web à www.csfy.ca pour connaître tous les détails de ce nouveau mode de gouvernance.

*À noter que la cause de la CSFY concernant le litige qui l’oppose au gouvernement du Yukon est entendue à la Cour suprême du Canada au moment de cette parution.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *