Accueil » À la une » La course à pied, une belle histoire de persévérance

La course à pied, une belle histoire de persévérance

La course à pied, une belle histoire de persévérance

Virginia Sarrazin

Si vous passez par le sentier du Millénaire ou la route de Chadburn ces jours-ci, vous allez noter que le retour de la lumière ne s’accompagne pas seulement du retour des cygnes, mais également de celui des coureurs. Certes, la neige et la température encore frisquette imposent le port de la tuque, cela n’empêche pas les braves âmes de commencer l’entraînement pour une saison qui s’annonce bien remplie. Il n’y qu’à consulter le calendrier d’Athletics Yukon pour s’en convaincre. Cette association organise depuis de nombreuses années une série d’activités d’entraînement et de courses sociales qui sont un atout essentiel pour pratiquer cette activité avec plaisir.

Dans les dernières années, la course à pied a pris un essor qui ne peut être ignoré. La raison est assez évidente, c’est une activité pouvant être pratiquée partout (sur routes et sentiers), en tout temps (nuit, jour, hiver comme été), et qui demande peu d’équipement. Une bonne paire de chaussures, une bouteille d’eau et c’est parti! Mais restons honnêtes, commencer à courir est loin d’apporter immédiatement le bonheur qui semble transparaître sur les publicités des magazines de plein air. Mais avec un peu de persévérance, le corps s’adapte, le cerveau prend le rythme et le plaisir commence… Courir devient une seconde nature.

La popularité de la course à pied peut certainement s’expliquer par le besoin de l’être humain de s’accomplir et de se donner des objectifs permettant de se définir et de progresser. Cela passe notamment par le renforcement physique et mental. Il y a de nombreuses théories autour de ce concept. Le mode de vie « paléo » prône le retour à un mode de vie dans lequel nos ancêtres ont évolué. Cela inclut la course à pied et les exercices physiques qui leur permettaient de se nourrir par la chasse et la récolte. L’idée est que courir nous aide à nous rapprocher de notre nature fondamentale. Extrême, vous pensez? Peut-être, mais pas idiot! Courir est certainement un retour aux sources, un moyen de se dépasser chaque jour et de réaliser ce dont nous sommes vraiment capables. Bref, de se valoriser

J’encourage tout le monde à essayer. Blessure, manque d’énergie, allez-y! Cela vous permettra d’affronter un bon lot de barrières que nous sommes si bons à nous mettre! Et qui sait, les progrès seront tellement encourageants que vous voudrez essayer une course de 10 km, un demi-marathon (21 km), un marathon (42 km)… voire un ultra-marathon (50 km et plus)? Les possibilités sont inimaginables, que ce soit au Yukon, au Canada ou à travers le monde. S’enregistrer pour une course, courir régulièrement avec des amis ou un groupe, ou trottiner avec Fido plutôt que de marcher sont autant de moyens pour gagner en motivation. Et croyez-le ou non, quand vous aurez couru ces cinq premiers parfaits kilomètres, rien au monde ne viendra vous voler ce sentiment de bien-être, ni ce sourire innocent collé sur votre visage..


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *