Accueil » À la une » La caverne d’Ali Baba de Bob Hamilton

La caverne d’Ali Baba de Bob Hamilton

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook7Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Olivier de Colombel

Producteur et musicien de renom, Bob Hamilton est basé à Whitehorse. Avec quatre nominations aux Juno, plus un prix Juno pour les albums qu’il a produits, Bob n’en est vraiment plus à ses débuts, ni à sa fin d’ailleurs. Il est multi-instrumentaliste, auteur-compositeur, et est le propriétaire de Old Crow Record, le premier studio d’enregistrement au Yukon.

Bob a fait de nombreuses tournées au Canada, aux États-Unis, et en Europe avec plus de groupes que les doigts d’une main. Bref, en matière de musique il est un artiste incontournable de la scène yukonnaise.

Bob Hamilton essaie une guitare pour tester l’acoustique de son nouvel atelier-café-concert. Photo : Olivier de Colombel

Bob Hamilton essaie une guitare pour tester l’acoustique de son nouvel atelier-café-concert. Photo : Olivier de Colombel

Le docteur guitare

Sous des sourcils imposants, on découvre des yeux rieurs qui s’éclairent comme des yeux d’enfants dès qu’on parle de musique. À ses heures perdues et pendant des années, Bob a restauré toutes sortes d’instruments à cordes, des guitares bien sûr, mais aussi des mandolines, des banjos et même des contrebasses.

Depuis quelques jours, le passe-temps de Bob est devenu un nouveau métier. En effet, l’homme touche-à-tout vient d’ouvrir avec son fils Patrick un atelier de lutherie qui sera en même temps un magasin d’instruments « vintage », un café, un lieu de formation (cours d’instruments et technique d’enregistrement), et aussi un lieu de concert.

« L’idée est de donner à des musiciens qui passent en ville l’occasion de jouer. On aura Riley Baugus (chanteur et joueur de banjo) qui nous vient de Caroline du Nord, ce sera le premier concert du lieu », explique-t-il. Ce concert aura lieu le 11 juin à 19 h 30.

La musique, une affaire de famille

Son fils Patrick Hamilton, qui a participé aux travaux du nouveau magasin, est lui aussi un musicien émérite, nourri de musique dès son plus jeune âge, il joue de la guitare, du banjo, de la batterie et du wasbhoard également (instrument constitué essentiellement d’une planche à laver que l’on percute avec des dés à coudre). Vous pouvez l’entendre jouer dans les bars de Whitehorse régulièrement.

Un lieu, un concept

Il y a un concept derrière ce nouveau commerce :

« Je veux que toute la salle soit polyvalente, et le fait que ce soit aussi un café, c’est parce que je veux que les gens se sentent à l’aise et qu’ils aient envie de rester. Je n’ai pas envie d’un magasin où tu viens juste acheter et tu t’en vas. Je souhaite créer un lieu dans lequel j’aimerais moi-même rentrer en tant que musicien. Et ça tombe bien… j’y serai tout le temps! (rires) Un lieu où les gens se parlent, se posent et jouent de la musique ensemble », confie Bob.

Bob souhaite créer une sorte de commerce de proximité pour que les musiciens puissent essayer des instruments « vintage » en prenant leur temps. Il veut être l’alchimiste de la rencontre entre le musicien et son instrument.

« Il y a une connexion physique avec le son qu’on ne peut pas retrouver avec un achat en ligne. Si possible, je préfère vendre une guitare à quelqu’un qui vient à la boutique et qui sait comment la guitare sonne avant de l’acheter », explique-t-il.

Alors, si vous êtes au coin de la rue Black et de la 3e Avenue, passez un pied dans cette caverne d’Ali Baba et faites un voyage dans le temps. Dans ce lieu multifonction, les amateurs d’instruments-qui-ont-une-histoire pourront découvrir, admirer et essayer une trentaine d’instruments tous sélectionnés par ce chercheur et restaurateur de raretés : des Gibson des années 50, mais aussi des marques un peu moins connues comme Harmony ou Kay, des instruments d’exception.

Hamilton & Son Guitar Works : 3165, 3e Avenue, Whitehorse

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook7Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *