Accueil » Actualités » Jeux d’hiver de l’Arctique : Comprendre les épreuves des sports arctiques

Jeux d’hiver de l’Arctique : Comprendre les épreuves des sports arctiques

Julien Latraverse

Ce sont 2 000 athlètes qui se réuniront à Whitehorse, à compter du 15 mars prochain, pour participer aux cinquantièmes Jeux d’hiver de l’Arctique. Des jeunes issus de régions nordiques s’affronteront dans plus de 21 sports différents.

Photo : Tomo Uemura

 

Parmi les disciplines fétiches des jeux on trouve, entre autres, celles faisant partie de la catégorie des sports arctiques. Elle regroupe une dizaine d’épreuves de tout genre pour mesurer la force et l’endurance des athlètes. Il s’agit, en quelque sorte, d’athlétisme, mais avec des racines ancrées profondément dans les cultures autochtones du Grand Nord. Par exemple, la savate alaskane provient des États-Unis et le saut de luge, de la Russie.

Voici les explications de quelques-unes des épreuves qui font partie des sports arctiques :

L’avion

L’athlète se couche sur le ventre, le visage vers le sol, et place ses bras en croix. Des assistants, ou assistantes, choisis par l’arbitre, soulèvent ensuite la personne de trois pieds dans les airs pour se déplacer le long d’un parcours préétabli. La personne qui maintient cette position le plus longtemps se mérite la première place et ainsi de suite.

Coup de pied simple

La personne doit atteindre une cible placée en hauteur à l’aide d’un coup de pied. L’individu doit ensuite atterrir en contrôle, et sur le même pied avec lequel il ou elle a touché la cible, pour que le résultat soit compté. La médaille d’or revient à la personne ayant réussi le coup de pied le plus haut.

Épreuves similaires où il faut atteindre une cible : coup de pied double, savate alaskane et l’attrapé d’une main.

Saut à genou

Assis à genou, avec les fesses reposant sur ses talons et les orteils pointés vers l’arrière, l’athlète doit se propulser le plus loin possible vers l’avant. La personne peut se donner un élan avec ses bras, mais doit atterrir en contrôle sur ses pieds. Fait amusant : l’épreuve est inspirée de la pêche aux phoques pratiquée par les Inuits. Il en va de même pour le saut sur jointure.

Saut sur jointure

En position pompe, mais avec les poings fermés, l’athlète doit parcourir la plus longue distance en se propulsant vers l’avant à l’aide de petit saut. Les jointures et les orteils doivent cependant atterrir en même temps.

Autres épreuves de sauts : saut triple et saut en traîneau.

Traction de la nuque

Couchés sur le sol, les deux athlètes se positionnent face à face. Une ceinture de cuir est placée derrière la tête des participants, juste au-dessus des oreilles. Au signal, ils ou elles doivent essayer de tirer l’adversaire vers eux à l’aide de la force de leur corps. La première personne à dépasser la ligne centrale avec ses mains, ou à perdre la ceinture de sa tête, est perdante. Épreuve similaire : bras de fer.

Les Jeux d’hiver de l’Arctique constituent la seule compétition internationale présentant des disciplines de sports arctiques. Cette catégorie est par ailleurs la seule à laquelle les adultes peuvent participer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *