Accueil » Actualités » Société » Forum électoral francophone

Forum électoral francophone

Maryne Dumaine

Le 2 octobre dernier en soirée avait lieu au Centre de la francophonie un forum électoral en français. À cette occasion, la communauté francophone a pu poser ses questions en français aux cinq candidats yukonnais en lice pour le mandat de député fédéral : Larry Bagnell (Parti libéral), Jonas Smith (Parti conservateur), Justin Lemphers (Nouveau parti démocratique), Lenore Morris (Parti vert) et Joseph Zelezny (Parti populaire).

De gauche à droite : Larry Bagnell (Parti libéral), Jonas Smith (Parti conservateur), Justin Lemphers (Nouveau parti démocratique), Lenore Morris (Parti vert) et Joseph Zelezny (Parti populaire).
Photo : AFY

 

Un forum électoral francophone a été organisé par la Table des leaders le 2 octobre dernier. Les candidats et la candidate ont eu l’occasion de présenter les opinions de leur parti politique respectif sur deux sujets préannoncés : la santé en français au Yukon et la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Une période de questions du public a ensuite été ouverte. Les questions devaient être posées à tous les candidats et candidate, et non pas à une personne en particulier.

Près d’une cinquantaine de personnes étaient au rendez-vous. Le premier à prendre la parole a été le Yukonnais Jean-Sébastien Blais, président de la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY). Sa question concernait les moyens que les partis prévoyaient de déployer à Ottawa afin que l’immigration et la migration francophone au Yukon soient efficaces et que les quotas fixés soient atteints. Les questions suivantes ont porté sur des défis générationnels : l’une au sujet des barrières linguistiques pour les jeunes, l’autre proposant la création d’un ministère des Aînés.

Alors que la question climatique est présente dans tous les esprits, les intentions et positionnements de chaque parti par rapport à l’environnement et les changements climatiques ont également été mis sur la table des interrogations.

Tous les partis avaient mis en place des moyens de s’exprimer en français, au moins partiellement. Après cinq questions publiques, les personnes présentes ont eu l’occasion de s’entretenir directement avec les candidates ou la candidate lors d’une période de questions informelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *