Accueil » À la une » Feuille de route 2013-2018 : premières impressions

Feuille de route 2013-2018 : premières impressions

Feuille de route 2013-2018 : premières impressions

Propos recueillis par Thibaut Rondel

Au cours des cinq prochaines années, une enveloppe de plus d’un milliard de dollars sera allouée à la protection et à la promotion des deux langues officielles du Canada. Trois priorités ont été définies par la Feuille de route 2013-2018 : l’éducation, l’immigration et l’appui aux communautés. L’Aurore boréale est allée recueillir les réactions à chaud des responsables de plusieurs organismes francophones du Yukon, dont l’existence et le développement dépendent pour beaucoup de ce financement fédéral.

Roch Nadon
Directeur du secteur culturel/jeunesse de l’Association franco-yukonnaise (AFY)

L’annonce respecte assez bien les grandes lignes des consultations qui ont eu lieu à l’automne, mais je dirais qu’il est encore trop tôt pour déterminer si c’est très positif ou s’il y a un statu quo, car nous n’avons pas encore analysé ni discuté avec nos collègues fonctionnaires qui vont gérer les programmes et demandes de subventions.

Il y a toujours une déception, à savoir que les arts et la culture ne sont pas considérés comme une priorité. Au vu de la part importante de l’art et de la culture dans la société canadienne, ça aurait été bien, même pour la symbolique.

La jeunesse avait quant à elle été plutôt bien servie dans la précédente Feuille de route, et je ne crois pas qu’elle sera nécessairement touchée dans la prochaine.

Sandra St-Laurent
Directrice du Partenariat communauté en santé (PCS)

Je pense que c’est vraiment encourageant de savoir que la Feuille de route a été refinancée. Pour la santé, ce qu’on remarque vraiment, c’est que les réseaux ont été identifiés. Avant, on parlait plus ou moins du modèle de réseautage, mais cette fois-ci, on en parle vraiment, et je pense que c’est une bonne reconnaissance de ce modèle qui a été mis sur pied il y a dix ans par l’Organisation mondiale de la santé.

Notre financement de base est assuré, mais ce qui nous fait vraiment rayonner, ce sont les projets en promotion de la santé, de la petite enfance, des aînés, de la santé mentale. Même si cette année de transition sera marquée par l’austérité, nous aimerions pouvoir poursuivre ces projets, parce que la santé demande un maintien des efforts à long terme.

Isabelle Salesse
Directrice générale de l’Association franco-yukonnaise (AFY)

C’est avec soulagement que j’ai appris que la Feuille de route avait été renouvelée. Je crois que nous avons été écoutés et entendus sur certains points, puisque plusieurs éléments ont été ressortis des consultations. Par exemple, des financements ont été renouvelés, comme ceux touchant aux dossiers de la santé et ça, c’est très important. Pour ce qui est de l’alphabétisation, en revanche, seule une partie de nos commentaires a été entendue.

Nous sommes encore en train de décortiquer le détail du financement sur le plan national, afin de savoir ce que tout ça veut dire de façon pratique, car nous ne connaissons pas encore les critères pour aller chercher ces fonds. Cela va prendre plusieurs mois avant que nous puissions en savoir plus.

Juliette Anglehart-Zedda
Présidente des EssentiElles

Je suis satisfaite et un peu soulagée qu’il n’y ait pas eu de coupes budgétaires, mais même si les montants sont les mêmes, il reste encore à obtenir le soutien financier. Je ne peux pas encore dire exactement en quoi ces financements seront différents, mais je sais que le gouvernement mettra davantage l’accent sur les besoins des communautés francophones en régions minoritaires. J’ai donc l’impression que c’est un bien pour un mal, en ce sens qu’on coupera dans les besoins qu’on avait déjà identifiés.

Selon la directrice des EssentiElles (NDLR Ketsia Houde) les participants à la consultation de Whitehorse ont eu l’impression d’avoir été écoutés, et que les questions étaient à propos. Pour ma part, j’avais trouvé que les tables rondes organisées à travers le Canada avaient été vraiment bien faites.

Régis St-Pierre
Président du Partenariat communauté en santé (PCS)

De façon générale, nous sommes très satisfaits, parce qu’il existait toujours une crainte. Une partie n’est pas encore claire, mais le volet du réseautage et celui de la formation, qui sont très importants pour le PCS, ont été renouvelés, sensiblement au même niveau qu’auparavant. Nous savons d’ailleurs que le premier chèque de financement pour le réseautage devrait rentrer d’ici quelques jours.

Je pense donc qu’on nous a écoutés lors des consultations, d’autant plus que dans le rapport du ministre Moore, une citation sort exactement des consultations.

Si nous faisons le lien entre la Feuille de route et ce qui se passe sur le plan territorial – on parle d’une mise en œuvre de services en français avec un volet santé –, le timing est bon.

Kristina Craig
Présidente de Canadian Parents for French au Yukon (CPF)

Nous avions un peu peur que la Feuille de route ne soit pas renouvelée avec le même montant. Nous sommes donc heureux, c’est une bonne nouvelle que la nouvelle Feuille de route soit financée à hauteur de la précédente. Il aurait bien sûr été mieux d’avoir plus, mais c’est tout de même un engagement qui est bienvenu.

Je pense que c’est important d’avoir les moyens de faire l’évaluation des compétences des étudiants et des enseignants dans tout le pays. Canadian Parents for French et moi espérions donc que les consultations permettraient de reconnaître l’importance du bilinguisme, et de supporter les provinces et territoires sur le plan de leur système éducatif. Je pense que nous avons été écoutés, car nous avons pu constater cette reconnaissance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *