Accueil » Actualités » Festival d’un jour : la Journée du cinéma canadien 150 s’invite à Whitehorse

Festival d’un jour : la Journée du cinéma canadien 150 s’invite à Whitehorse

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Delphine Bouteiller

Le cinéma n’est pas en reste pour les célébrations du 150e anniversaire du Canada. Le mercredi 19 avril, ce sont plus de 1 700 projections d’œuvres cinématographiques canadiennes qui auront lieu à travers le pays. Au Yukon, les amatrices et amateurs du septième art ont rendez-vous pour deux projections publiques gratuites organisées à Whitehorse et à Mount Lorne. REEL Canada, présentateur de la Journée du cinéma canadien 150, en collaboration avec Québec Cinéma, propose pour chaque province et territoire une programmation de deux courts et un long métrage.

Des productions autochtones pour la programmation Nord

À Whitehorse, la projection présentée par l’Association franco- yukonnaise aura lieu au Old Fire Hall à 20 h. Inuk en colère (Inuktitut – anglais, sous-titré en français), est un film documentaire de 2016, de la réalisatrice Inuk Alethea Arnaquq-Baril. La chasse aux phoques, une pratique inuite pourtant ancestrale, compte encore de nombreux opposants. Contestant les perceptions négatives de cette tradition culturelle, une nouvelle génération d’Inuits utilise les médias sociaux au profit de leur culture et s’invite dans le débat. Ta parole est en jeu : Les Franco-Ténois de Will Cyr et Timuti de Jobie Weetaluktuk sont les deux courts-métrages qui seront présentés lors de l’événement.

Inuk en colère sera présenté au Old Fire Hall le 19 avril à 20 h. Photo : ONF / FNB

Inuk en colère sera présenté au Old Fire Hall le 19 avril à 20 h. Photo : ONF / FNB


« La plupart des films de la sélection proposée pour le Yukon ont déjà été diffusés à Whitehorse », nous précise Virginie Hamel, gestionnaire Arts et culture à l’Association franco- yukonnaise. Inuk en colère s’est donc présenté comme la meilleure programmation pour le public de Whitehorse et semble néanmoins très attendu. Une projection est également présentée par le centre communautaire de Mount Lorne à 19 h. C’est un film de Benoît Pilon, Ce qu’il faut pour vivre (Inuktitut – français), réalisé en 2008 qui a été retenu. En 1952, pour des raisons sanitaires, le jeune Tivii est arraché à sa famille, déraciné de sa culture et perdu dans une langue qu’il ne comprend pas. Il s’enferme et sombre doucement vers une fin inévitable.

Une initiative ontarienne

Implanté à Toronto, REEL Canada présente cette année la quatrième édition de la JCC, à l’échelle des célébrations du 150e. La JCC vise à « célébrer la richesse, la diversité et la créativité extraordinaire du cinéma canadien » (REEL Canada). Depuis sa création en 2005, cet organisme à but non lucratif propose également des programmes plus spécifiques destinés aux élèves et à leurs enseignants afin de mettre en valeur le cinéma canadien.

Grâce à la collaboration de Québec Cinéma à la Journée du cinéma canadien 150 (JCC 150), les productions francophones et autochtones sont à l’honneur. « […], on ne vise rien de moins que l’accès des films francophones et autochtones aux communautés partout au Canada », a déclaré Ségolène Roederer, directrice générale de Québec Cinéma dans un communiqué. En effet, une sélection de 150 productions cinématographiques canadiennes d’hier et d’aujourd’hui seront présentés en ligne, à la télévision et lors de séances publiques organisées partout au Canada. Un rendez-vous à ne pas manquer!

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *