Accueil » Actualités » Scène locale » Exploration minière : opération de séduction

Exploration minière : opération de séduction

Marie-Hélène Comeau

La jeune Naomi Knight a profité de sa visite au camp d’exploration et de découverte au parc Shipyards, dans le cadre de la Semaine yukonnaise de la géologie et des mines, pour prendre le marteau et frapper sur les roches pour en découvrir leur contenu. Photo : Marie-Hélène Comeau.

La jeune Naomi Knight a profité de sa visite au camp d’exploration et de découverte au parc Shipyards, dans le cadre de la Semaine yukonnaise de la géologie et des mines, pour prendre le marteau et frapper sur les roches pour en découvrir leur contenu. Photo : Marie-Hélène Comeau.

La Semaine yukonnaise de la géologie et des mines a attiré encore une fois de nombreux curieux au parc Shipyard du centre-ville de Whitehorse. Les organisateurs misent sur l’événement afin de redorer l’image écorchée de l’exploration minière au territoire.

L’événement qui se tient annuellement durant la première semaine de mai a attiré près de 2 000 visiteurs qui ont pu profiter de l’occasion pour approfondir leurs connaissances sur le sujet ou tout simplement pour rencontrer les représentants des différentes compagnies minières du territoire.

« Les événements de ce type nous permettent d’améliorer notre communication avec la population et défaire certaines méconnaissances liées à l’exploration minière. Ça aide tout simplement à expliquer aux gens ce que nous faisons », confie Samson Hartland, le nouveau directeur de l’organisme Yukon Chamber of Mines, en faisant référence aux protestations des derniers mois sur le projet d’exploration de la région de la rivière Peel. Les nombreuses contestations judiciaires des Premières nations envers le gouvernement du Yukon pour avoir permis aux compagnies minières d’explorer sur les terres des Premières nations, sans au préalable avoir obtenu la permission de ces dernières, ont également été néfastes pour l’image de cette industrie. « Nous devons trouver un équilibre entre les enjeux environnementaux, les droits des Premières nations et l’exploration minière, car si rien n’est fait, il se peut que sonne la fin tout simplement de l’exploration minière au Yukon », s’inquiète M. Hartland.

Le Yukon Chamber of Mine a été créé 1943. Il s’agit d’un organisme de lobbyisme dont font partie les prospecteurs, les orpailleurs, les compagnies minières en exploitation et celles en attente.

Au Yukon, trois compagnies minières sont fonctionnelles en ce moment, soit la Corporation minière Capstone située à Minto qui vient de recevoir l’approbation de l’Office d’évaluation environnementale et socioéconomique du Yukon d’ajouter trois nouvelles mines à ciel ouvert et deux nouvelles mines souterraines sur leur site.

« L’exploration minière au Yukon dépend principalement de deux facteurs; celui du marché global et du paysage politique du Yukon. Si ce dernier est instable, alors les investisseurs vont ailleurs », confie Samson Hartland. « En ce moment, trois nouvelles compagnies minières sont prêtes à commencer leurs activités au territoire. Elles attendent que le contexte global et local soit en place pour entamer le processus », explique-t-il.

Les femmes et l’industrie minière

Depuis deux ans, l’organisme Yukon Chamber of Mines partage ses locaux avec le tout nouveau Yukon Women in Mining. Créé il y a deux ans, l’organisme vise à promouvoir le travail des femmes dans toutes les sphères de l’exploration minière.

« C’est important que les jeunes femmes puissent savoir qu’il leur est possible de faire carrière dans ce domaine. L’exploration minière n’est pas seulement de conduire de gros camions ou de travailler dans les galeries souterraines. Il existe une étendue beaucoup plus grande de possibilités de travail dans cette industrie », souligne Anne Lewis, fondatrice de l’organisme.

Ce type d’organisme destiné aux femmes existe un peu partout au Canada. Ils sont créés pour inviter les décideurs de l’industrie minière à faire preuve de discrimination positive. Leur objectif est de féminiser davantage l’accès aux emplois industriels bien rémunérés.

Conférences

Finalement, dans un souci de mieux faire connaître cette industrie, une série de dîners-conférences sera offerte par le Yukon Chamber of Mines et le Yukon Women in Mining toute l’année sur les sujets touchant l’exploration minière.

« Nous sommes heureux de présenter notre toute première conférencière, Mme Vivian Krause qui parlera de l’origine et des raisons du financement des groupes environnementaux », confie Samson Hartland.

Mme Krause est une chercheuse-conférencière de la Colombie-Britannique. Ses publications remettent en doute les sources de financement des différents groupes environnementaux canadiens dont les ficelles seraient tirées, selon Mme Krause, par des intérêts pécuniaires de compagnies concurrentes des autres pays.

L’événement aura lieu le mercredi 14 mai à l’Hôtel High Country Inn à Whitehorse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *