Accueil » À la une » En mémoire des femmes autochtones assassinées ou disparues

En mémoire des femmes autochtones assassinées ou disparues

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook17Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Nelly Guidici

Malgré les nombreuses demandes des groupes de femmes (l’Association des femmes autoch-tones du Canada ou l’Association des femmes inuites Pauktuutit par exemple), le gouvernement du Canada refuse encore aujourd’hui de mettre en place une enquête nationale afin de faire la lumière sur les cas trop nombreux de disparition ou de meurtres de femmes autochtones. Aujourd’hui, on dénombre plus de 1180 cas de femmes disparues sans explication valable ou assassinées au Canada dans les trente dernières années.

Krista Reid et Mary Bradshaw ont présenté le projet Walking with our sisters à la mémoire des femmes autochtones disparues et qui sera en exposition à Whitehorse du 11 au 25 avril 2015. Crédit photo : Nelly Guidici.

Krista Reid et Mary Bradshaw ont présenté le projet Walking with our sisters à la mémoire des femmes autochtones disparues et qui sera en exposition à Whitehorse du 11 au 25 avril 2015. Crédit photo : Nelly Guidici.

Un projet d’art collaboratif

Face à des enquêtes insuffisantes et inefficaces et devant l’ampleur du phénomène, le projet Walking with our sisters (Marcher avec nos sœurs) a vu le jour en 2012. En effet, au mois de juin un appel général a été lancé sur Facebook afin de créer des empeignes décoratives de mocassins. Un an plus tard, ce sont plus de 1 600 paires qui avaient été confectionnées et re-çues par 1 372 artistes de toute l’Amérique du Nord (Canada, États-Unis), mais également d’Europe (Bulgarie, Allemagne, Écosse) et d’Australie. L’objectif initial de 600 paires a donc été surpassé à la surprise et à la joie du comité organisateur.

Le but principal de ce projet étant d’honorer les vies de ces femmes, le travail artistique est vu comme un mémorial et comme une façon de sensibiliser le public à cette question. Au total, ce sont 1 763 paires d’empeignes décoratives pour mocassins qui ont été confectionnées ainsi que 108 paires d’empeignes pour des mocassins d’enfants, à la mémoire des enfants des écoles résidentielles canadiennes qui n’ont jamais retrouvé leur famille et leur maison.

Une tournée au Canada pendant les six prochaines années

Walking with our sisters a été présenté pour la première fois au public le 2 octobre 2013 à Ed-monton (Alberta) et sera présenté à travers tout le Canada pendant les six prochaines années.

Prévue du 11 au 25 avril 2015 au Centre culturel Kwanlin Dün, l’exposition nécessite une énorme préparation. En effet, compte tenu de la forte teneur symbolique et émotionnelle, l’exposition doit se faire de façon collaborative entre tous les membres des communautés con-cernées afin de s’assurer que les aspects traditionnels et techniques du projet sont respectés de ville en ville. Ainsi, durant l’exposition prévue à Whitehorse, la collaboration avec les aînés sera primordiale. Au regard de l’organisation précédente dans la ville de Sault-Sainte-Marie en Ontario, il est recommandé que les personnes représentant les aînés soient des grand-mères capables de suivre le protocole traditionnel autochtone de façon attentionnée et douce.

Première étape de la création d’un comité d’organisation

Dans cette perspective, Marie Bradshaw, directrice de la galerie d’art au Centre des arts du Yukon et Krista Reid, coordonnatrice des programmes culturels au Centre culturel Kwanlin Dün ont organisé une réunion le 29 octobre dernier afin de présenter le projet au public. Une trentaine de personnes dont six hommes ont fait le déplacement. Partenaires dans l’organisation de l’évènement à venir, le centre des Arts du Yukon et le centre culturel Kwanlin Dün ont besoin de l’implication du maximum de personnes en tant que bénévoles, aidants, coordonnateurs des équipes bénévoles pour n’en citer que quelques-uns. Cette réunion a été également l’occasion pour le public de réfléchir à la façon dont les personnes peuvent s’impliquer. L’artiste et conteuse Sharon Shorty a fait part de son sentiment quant à la place et au rôle que les hommes doivent jouer. « Il faut nous assurer que les hommes sont impliqués dans le processus et qu’ils participent au projet à un moment ou à un autre. » En conclusion, Mme Bradshaw a rappelé que tout le monde était bienvenu et qu’une prochaine réunion aurait lieu dans le courant du mois de novembre. Si vous désirez vous impliquer dans ce projet majeur et unique, vous pouvez contac-ter Mme Reid au 456-5322 ou par courriel à l’adresse suivante : krista@kdcc.ca.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook17Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *