Accueil » Chroniques » Spiritualité » Du gymnase à la cathédrale, 25 ans

Du gymnase à la cathédrale, 25 ans

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Le Yukon est remarqué pour sa francophonie dynamique. Ce constat est celui d’une communauté qui s’épanouit dans toutes les sphères de l’activité sociale. L’année 2015 marque 25 ans de services religieux catholiques réguliers en français au Yukon. Ceux-ci reposent sur l’œuvre des Oblats du Québec et de France, ainsi que des Sœurs de Sainte-Anne et de la Providence de Montréal depuis 1861. En 1990, sous l’égide du père Jean-Paul Tanguay, des familles se rassemblaient dans le gymnase de l’École Christ the King de la rue Wood pour des messes dominicales en français. De gymnase en gymnase, la communauté francophone a fait sa place dans la vie catholique du Yukon. En 1997, père Richard Beaudette a invité les membres de la francophonie à dire la messe à la cathédrale Sacré-Cœur. C’est un retour aux sources dans cette église construite en 1901 par deux Oblats francophones, Camille Lefebvre et Augustin Dumas.

Il y a 20 ans, le 11 décembre 1995, le Comité francophone catholique organisait pour la première fois la cérémonie de première communion de neuf jeunes Franco-Yukonnais. Reconnaissez-vous les visages? 1er rang, Véronique Herry-Saint Onge, Chantal Beaudin, Alain Gauthier, Pierre-Olivier Bédard, Stephan Gauthier, Joël Martel. 2e rangée. Nicole Ruest, Mgr Lobsinger, père Jean-Paul Tanguay, Louis-Philippe Desjardins et Marc Beaudin.

Il y a 20 ans, le 11 décembre 1995, le Comité francophone catholique organisait pour la première fois la cérémonie de première communion de neuf jeunes Franco-Yukonnais. Reconnaissez-vous les visages? 1er rang, Véronique Herry-Saint Onge, Chantal Beaudin, Alain Gauthier, Pierre-Olivier Bédard, Stephan Gauthier, Joël Martel.
2e rangée. Nicole Ruest, Mgr Lobsinger, père Jean-Paul Tanguay, Louis-Philippe Desjardins et Marc Beaudin.

Dans les années 1980, la communauté francophone avait tout à bâtir. Plusieurs familles souhaitaient transmettre leur foi en français. Elles ont formé le Comité francophone catholique Saint-Eugène-de-Mazenod qui a mis en place les services religieux nécessaires à l’épanouissement de la communauté francophone catholique : catéchèse à l’École Émilie-Tremblay, puis à la paroisse, administration des sacrements et actions de justice sociale.

Les célébrations de fin d’année 2014 reflètent cet épanouissement. Cinq jeunes ont reçu leur sacrement de réconciliation en vue de leur première communion au printemps. La chorale d’adultes et d’enfants ainsi qu’une crèche vivante ont enchanté la centaine de personnes rassemblée à la messe de Noël. Plusieurs adolescents ont emballé les cadeaux pour les familles démunies et servi à la soupe populaire en décembre.

Après 25 ans, l’action communautaire est prise en charge par la relève. Pour ceux et celles qui ont semé, la continuité est gratifiante. Une génération d’enfants a reçu une éducation religieuse et les sacrements en français. La communauté francophone catholique est partenaire de projets en justice sociale au Yukon. Des liens sont tissés avec d’autres diocèses. Jean-Augustin Somé du Burkina Faso dessert la communauté francophone. En juin, la cathédrale recevra comme curé père Lacaille, missionnaire en République dominicaine pendant 35 ans. Il est le frère d’un prêtre venu remplacer l’abbé Claude Gosselin un été.

C’est dans cet esprit de communauté francophone dynamique, diversifiée dans son action, que le Comité francophone catholique Saint-Eugène-de-Mazenod remercie ceux et celles qui s’engagent, et souhaite à tous et à toutes une année 2015 de bonheur, de santé, de paix et de succès dans leurs projets.

La chorale chante Noël. Les berger et mouton, Nicholas Connell et Jean-Christophe Ménard-Aubert, écoutent les anges, Kassia et Mélia Emery, accueillir le bébé Jésus,  Dominik, dans les bras de sa mère Andrée Johnson-Sequeira et son père Tyler Nelson.

La chorale chante Noël. Les berger et mouton, Nicholas Connell et Jean-Christophe Ménard-Aubert, écoutent les anges, Kassia et Mélia Emery, accueillir le bébé Jésus, Dominik, dans les bras de sa mère Andrée Johnson-Sequeira et son père Tyler Nelson.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *