Accueil » À la une » DOSSIER Après la vie 3/3 : Repos éternel : à vous de décider

DOSSIER Après la vie 3/3 : Repos éternel : à vous de décider

Thibaut Rondel

Si d’aventure vous veniez à décéder au Yukon, sachez qu’à la grandeur du territoire, seule une entreprise de pompes funèbres sera en mesure de prendre en charge votre dépouille. Située au coin de la rue Cook et de la 5e Avenue, la maison funéraire Heritage North organise en effet les obsèques des Yukonnais résidents de Whitehorse, mais également des habitants des communautés les plus éloignées.

« Ce n’est pas rare que nous voyagions à travers tout le Yukon », explique le directeur de l’établissement, Chris Thompson. « Nous nous sommes aussi quelquefois rendus à Atlin, et à de rares occasions, en Alaska. »

Les pompes funèbres Heritage North sont la seule entreprise de ce type au territoire. Photo : Thibaut Rondel

Les pompes funèbres Heritage North sont la seule entreprise de ce type au territoire. Photo : Thibaut Rondel

Lorsqu’un décès se produit dans des communautés très éloignées, à l’instar d’Old Crow, il n’est en revanche pas toujours possible de s’y déplacer.

« Old Crow est une communauté très isolée. Ce caractère unique fait que les gens de la communauté ont toujours eux-mêmes pris soin de leurs propres résidents », indique M. Thompson. « Après, si quelqu’un est malade, il peut être envoyé à l’Hôpital de Whitehorse où la mort peut survenir. Dans ces situations, nous travaillons avec les gens d’Old Crow pour accommoder leurs besoins, puis nous nous arrangeons pour renvoyer le corps dans la communauté où il sera inhumé. »

Sépulture 4 étoiles

Bien que certains membres des Premières nations aient adopté des pratiques funéraires chrétiennes, de nombreux autochtones continuent d’être inhumés selon leurs traditions ancestrales. Ce choix implique notamment la possibilité d’être enterré sur les terres de leurs nations, selon des rites traditionnels, et non dans un classique cimetière municipal, par exemple celui de Grey Mountain, à Whitehorse.

Mais à quelles terres a-t-on droit lorsque nous n’appartenons pas à un peuple autochtone? Certains ont en effet peut-être déjà choisi d’élire leur dernière demeure sur les hauteurs du lac Fish, ou dans le parc de Tombstone…

« Les Premières nations ont leurs propres sépultures situées sur leurs terres ancestrales. Si vous voulez être enterré là, vous devrez leur demander la permission », explique Chris Thompson. « Mais dans tous les cas, vous ne pourriez pas être inhumé sur les terres gouvernementales, par exemple près du lac Kathleen, dans le parc national de Kluane. La Ville de Whitehorse a aussi des règlements municipaux, comme d’ailleurs toutes les autres communautés, et les gens ne peuvent pas être enterrés n’importe où », affirme-t-il.

Disperser vos cendres

Si toutefois vous avez la certitude que seuls les grands espaces sauront vous garantir le repos éternel que vous méritez tant, la crémation pourrait sûrement mieux vous convenir.

« Pour les cendres, les gens peuvent être plus discrets, puisque la loi sur la dispersion des cendres est quasi inexistante par ici », explique à ce sujet Jennifer Groot, à Heritage North.

En pratique, rien ne vous empêcherait donc, une fois disparu et incinéré, de voler aux quatre vents dans votre coin favori de Yukon. Mais la Loi sur l’environnement du Yukon qui classe les cendres dans la catégorie des déchets solides, dont l’élimination doit suivre des règles précises, pourrait néanmoins représenter un obstacle.

De fait, votre poussière aurait-elle vraiment la même valeur que les restes d’un vulgaire feu de bois?

Que vous choisissiez la dispersion ou l’inhumation dans un cimetière municipal ou dans la nature, le gouvernement devra dans tous les cas être mis au courant du lieu que vous aurez choisi, puisqu’une autorisation devra au préalable être délivrée.

« Tous les décès doivent être enregistrés auprès du gouvernement, donc nous devons enregistrer l’information sur le lieu de sépulture, que ce soit au cimetière Grey Mountain, au cimetière de Dawson City ou sur une bande de terre précise située sur la propriété de quelqu’un », indique Chris Thompson. « Il nous arrive même quelquefois de demander les coordonnées GPS du lieu. »

Le saviez-vous?

Coup de froid

Le prix de l’inhumation d’un cercueil au cimetière de Grey Mountain est fixé à 1 517,10 $. Mais du 1er octobre au 30 avril, un supplément de 1 640,50 $ s’ajoute au tarif d’été. L’inhumation des cendres d’un défunt ne coûte par contre que 342,60 $.

Crise du logement

Le prix d’achat d’une concession à Grey Mountain est de 649,20 $, soit environ 150 $ de moins que le loyer mensuel moyen d’un logement au Yukon.

Fantaisies

Si vous envisagiez d’adopter un matériau original, novateur ou écologique, sachez que votre monument funéraire ne pourra être constitué que de granit ou de marbre.

Dernière volonté

Au Yukon, 50 % des Yukonnais choisissent de se faire incinérer après leur décès, mais cette proportion atteint près de 90 % en Colombie-Britannique. Dans l’Est, on constate au contraire une très grande proportion de mises en terre.

L’immigration et les liens à la terre pourraient expliquer le taux élevé de crémation dans l’Ouest.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *