Accueil » À la une » Deux athlètes franco-yukonnais continueront leur carrière à l’université

Deux athlètes franco-yukonnais continueront leur carrière à l’université

Julien Latraverse

Sports Yukon célèbre la poursuite de la carrière de plusieurs athlètes au niveau postsecondaire.

Le fondeur Sasha Masson, qui joindra l’équipe du Rouge et Or de l’Université Laval attend avec fébrilité de s’entraîner avec ses nouveaux coéquipiers et coéquipières à Québec. Photo fournie

 

Avec sa campagne Celebrating Yukon Athletes in Post Secondary Athletics, Sports Yukon souligne probablement sa plus importante « cohorte », composée de dix jeunes athlètes, ayant décidé de poursuivre leur carrière sportive au niveau postsecondaire.

« C’est un moyen pour nous de les féliciter, ce n’est pas toutes les années qu’on voit autant de jeunes acceptés dans un programme de sport universitaire », indique d’entrée de jeu la directrice générale de Sports Yukon, Tracey Bilski. Cette initiative est aussi un moyen d’applaudir la remise des diplômes de ces athlètes, « surtout que leur bal de finissant a été annulé [dû à la COVID-19] », estime la psychologue sportive. Sports Yukon a donc créé des affiches, en plus d’organiser des entrevues avec ses athlètes pour commémorer ce passage important dans leur vie.

Une aventure excitante

Sasha Masson et Roméo Champagne, tous deux reconnus par Sports Yukon, entrevoient leur carrière universitaire avec beaucoup d’anticipation. Même s’ils reconnaissent l’apport unique du Yukon dans leur développement sportif, ils considèrent cette nouvelle étape dans l’est du pays comme nécessaire à leur cheminement.

Par exemple, le fondeur Sasha Masson, qui joindra l’équipe du Rouge et Or de l’Université Laval attend avec fébrilité de s’entraîner avec ses nouveaux coéquipiers et coéquipières à Québec. « On a d’excellents athlètes au Yukon, mais les groupes sont plus petits et c’est plus difficile de trouver des personnes de ton âge ou de ton niveau pour s’entraîner », explique celui-ci. Ce nouveau bassin d’athlètes est de bon augure pour l’adolescent de 17 ans qui joint « une des meilleures équipes » en ski de fond du circuit québécois, voire national.

Roméo Champagne pense pouvoir « atteindre un autre niveau » grâce à l’Alpine Insurance Alberta World Cup Academy. Photo fournie

 

Roméo Champagne partage lui aussi le point de vue de Sasha Masson. De plus, l’athlète retire énormément de fierté à joindre le tout nouveau programme de biathlon de l’Alpine Insurance Alberta World Cup Academy qui est relié à l’Université de Calgary. « J’ai vraiment hâte d’aider à façonner ce programme », indique celui-ci. Tout comme son compatriote yukonnais, Roméo Champagne pense pouvoir « atteindre un autre niveau » grâce à l’Alpine Insurance Alberta World Cup Academy. « Même si c’est un peu stressant », ajoute ce dernier à la rigolade.

Conjuguer sport et étude

Un des plus grands défis de ces programmes universitaires demeure de conjuguer les sports et les études. Sasha Masson compte néanmoins prouver que cette combinaison est possible. « Le français n’est pas ma langue maternelle, mais je veux montrer que je suis capable de faire mes études dans cette langue tout en pratiquant mon sport », assure-t-il. Admis en année préparatoire en biologie, une façon de compenser les années qu’il aurait dû faire au Collège d’enseignement général et professionnel (Cégep), Sasha Masson envisage peut-être de poursuivre son parcours universitaire en Sciences humaines ou de la nature. « Je ne suis pas trop sûr, mais j’ai du temps pour y penser », avoue celui-ci. Roméo Champagne abonde dans ce sens, et admet pour sa part qu’il est « curieux de voir comment son année à l’université [en sciences biologiques] va se dérouler ».

En fin de compte, les deux athlètes considèrent le baptême du sport universitaire comme crucial pour leurs rêves qu’ils soient de joindre l’équipe nationale de leur discipline ou de participer à un championnat du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *