Accueil » Actualités » Des clés pour prendre soin de sa santé mentale au Yukon

Des clés pour prendre soin de sa santé mentale au Yukon

Kelly Tabuteau — Initiative de journalisme local — APF

Animé en français, le programme Vivre sa vie pleinement apprend aux jeunes yukonnais à composer avec les situations difficiles de la vie quotidienne.

Helen Anne Girouard anime le programme en français Vivre sa vie pleinement auprès de six francophones.
Photo : Kelly Tabuteau

 

Le 23 janvier 2020, la division Yukon de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM), en collaboration avec le Partenariat communauté en santé (PCS), lançait le programme Vivre sa vie pleinement.

Déjà enseigné dans les dix provinces du pays, il est maintenant disponible au Yukon grâce à une bourse de la Financière Sun Life. Cette dernière a permis de financer la formation d’animatrices et d’animateurs, ainsi que d’offrir le cours, en anglais puis en français, gratuitement, à des jeunes de 18 à 35 ans.

Inspiré de la thérapie cognitivo-comportementale

Vivre sa vie pleinement est basé sur le modèle des cinq domaines de la thérapie cognitivo- comportementale élaborée par le Dr Chris Williams. L’approche repose sur le fait que tout ce que nous vivons, pensons, ressentons et faisons est interrelié. Il suffit d’une seule pensée altérée pour entraîner tristesse, fatigue, découragement, inquiétude ou même maladie. Ainsi, si une situation entraîne des pensées négatives, il est possible de se retrouver entraîné dans le cercle vicieux de la vie ; un événement survient, les pensées négatives s’activent, affectant notre comportement physique et émotif, diminuant l’estime de soi, et ainsi de suite.

Pourtant le programme n’est pas du tout une thérapie de groupe. Il n’y a que peu de partage d’expériences personnelles. C’est surtout une ressource éducative. Son but est d’enseigner quelques théories et stratégies que les participants s’approprient pour tenter de retourner ce cercle vicieux (ou du moins, le ralentir) et pour les aider à surmonter les difficultés de la vie et à se sentir bien au quotidien.

« Je leur donne des clés pour qu’ils puissent s’autoévaluer et pour les aider à changer leur comportement en observant leurs propres pensées, leurs propres sentiments », rapporte Helen Anne Girouard, animatrice du programme. « Ils doivent apprendre à composer avec et à changer le négatif en positif. »

Après chaque séance, un livret est remis aux participantes et participants, résumant les points abordés et avec des suggestions de devoirs à faire à la maison pour qu’ils puissent continuer leur réflexion et leur évolution.

La boîte à outils pour penser positivement

Le programme est destiné à tous, et non seulement aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale. Organisé sous forme de modules de 1 h 30, une fois par semaine pendant sept semaines, c’est en fait une boîte à outils pour accroître ses compétences en développement personnel. Ici, on aborde des thématiques comme la confiance en soi, la résolution de conflit, la gestion du stress et de la colère, la motivation, ou encore le contrôle des idées négatives.

« Je suis conseillère en orientation et counseling à l’Académie Parhélie et j’étais intéressée par ce cours », confie Girouard. « Je l’ai moi-même suivi deux ou trois fois, puis je me suis formée pour être animatrice. Et chaque fois, j’apprends de nouvelles choses. Entre chaque session, j’ai changé, j’ai évolué et je comprends mieux certaines choses que je suis plus encline à adopter. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *