Accueil » Actualités » Des casse-têtes pour éviter la prise de tête

Des casse-têtes pour éviter la prise de tête

Julien Latraverse

Les casse-têtes gagnent en popularité sur le territoire en offrant un moyen ludique et agréable de se changer les idées.

Marina Boulerice a découvert un casse-tête lors d’un séjour de distanciation sociale à Log Cabin. Toute la famille a participé à le faire. Mission accomplie, il a été terminé en trois jours, mais ils ont découvert qu’il lui manquait trois morceaux. Le plaisir ne semble pas avoir été diminué pour autant.
Photo : Manon Desforges

 

La montée en popularité des casse-têtes au Yukon est une des conséquences saugrenues des mesures de distanciation sociale en place actuellement, sans grande surprise chez ses adeptes.

Selon Wikipédia, l’invention des casse-têtes est attribuée à John Spilsbury, un cartographe et graveur londonien qui, vers 1760, eut l’idée de découper des cartes représentant différents pays du monde et de les vendre comme moyen ludique d’apprendre la géographie. Sa création est toujours utilisée aujourd’hui, mais avec une nouvelle vocation : un moyen de se vider la tête, témoigne Jocelyne Isabelle. « Ça me calme […] quand j’en fais un, ça me déconnecte de la situation angoissante que l’on vit », raconte celle qui avoue s’adonner à ce passe-temps depuis son enfance.

Une impression certes partagée avec plusieurs autres Yukonnais ou Yukonnaises, selon la propriétaire d’Angelina’s Toy Boutique, Betty Burns. « Il y a beaucoup d’intérêt et d’achats en ce moment pour les casse-têtes », raconte celle-ci. Cet engouement pousse de ce fait la propriétaire à doubler de débrouillardise pour combler la demande croissante de casse-têtes à son magasin et ainsi éviter la rupture de stock. « Nous sommes actuellement dans une file d’attente pour notre commande, mais avec les restrictions de distanciation sociale en place, les compagnies peinent à suivre la demande », expose Mme Burns.

Cette nouvelle notoriété pour les casse-têtes s’affiche aussi sur les réseaux sociaux. La créatrice du groupe Facebook Whitehorse Jigsaw Puzzle Exchange, Roslyn Woodcock, reconnaît elle-même être étonnée de cette explosion en popularité. « Pendant plusieurs années, nous n’étions que trois dans le groupe, maintenant nous sommes 27 », souligne celle qui administre le groupe depuis 2017.

Le sentiment du devoir accompli

Une des raisons évoquées par Mme Woodcock pour expliquer cet intérêt soudain pour les casse-têtes est le sentiment unique de « compléter un projet ». « Il arrive qu’au travail on n’arrive pas à terminer des projets, mais on peut terminer un casse-tête. C’est un sentiment extrêmement satisfaisant », commente-t-elle. Il y a un aspect presque méditatif dans cette approche où chaque pièce placée sert à faire avancer un but. « C’est vraiment relaxant et essentiel de nos jours », pense Roslyn Woodcock.

Pour Jocelyne Isabelle, les casse-têtes ont aussi été un moyen de se garder stimulées, elle et sa mère, pendant la période de quarantaine de quatorze jours lors de son arrivée du Québec. « Quel temps idéal pour en faire », admet avec optimisme Mme Isabelle. « C’est un moyen pas trop cher de se concentrer sur autre chose que les nouvelles », ajoute-t-elle de surcroît.

Pour tous les âges

Un des attraits particuliers de ce passe-temps est aussi son accessibilité. Des casse-têtes allant de 3 ans à 99 ans peuvent être acquis en tout temps. Betty Burns fait valoir qu’elle aussi profite de ce jeu avec sa famille. « On en fait plein à la maison. »

Certes, le niveau de difficulté est varié. Jocelyne Isabelle admet avoir un faible « pour le défi ». Son dernier exploit représente une devanture de librairie de 2 000 pièces. « Ça m’a pris trois jours, mais pas de suite  », commente-t-elle en riant.

Il est possible de rejoindre en tout temps le groupe Facebook Whitehorse Jigsaw Puzzle Exchange pour participer à l’échange de casse- les adultes. Pour obtenir des casse-têtes pour un public plus jeune, les magasins locaux en regorgent encore, et il est possible également de faire des achats ou des échanges sur les différents groupes d’achats usagés en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *