Accueil » Actualités » Des caméras de surveillance pour contrer le vandalisme à l’École Émilie-Tremblay

Des caméras de surveillance pour contrer le vandalisme à l’École Émilie-Tremblay

Julien Latraverse

L’École Émilie-Tremblay a été victime de quatre actes de vandalisme depuis cet automne. Le coût estimé des dommages avoisine 3 000 $.

Photo : Pixabay

 

L’École entreprend d’installer un système de caméras de surveillance dans la prochaine année pour contrer la vague de vandalisme dont elle est victime depuis le début des classes.

Plusieurs fenêtres ont été brisées sur les lieux de l’établissement, dont celle de la voiture d’une enseignante et de l’autobus scolaire de la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY), en plus de graffitis. Les coûts reliés à la réparation des dommages perpétrés à l’école sont d’environ 3 000 $.

Les incidents surviennent principalement à l’arrière du bâtiment, dans les endroits moins visibles, précise M. Champagne. Le directeur de la CSFY affirme que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a été contactée et a ouvert un dossier pour remédier à la situation. La GRC a décliné la demande d’entrevue de l’Aurore boréale, puisque l’enquête est encore en cours.

Un problème récurrent

« Du vandalisme à l’école, ce n’est pas nouveau », témoigne M. Champagne. Il rejette toute théorie de ciblage envers les francophones, en rappelant que toutes les écoles de Whitehorse ou du Yukon seraient elles aussi victimes de vandalisme. « Ce n’est certainement pas unique à l’ÉÉT », soutient-il. Le directeur reconnaît cependant que la répétition de ces actes est problématique. « Ce qui est un peu différent depuis cet automne, c’est qu’on a eu quatre incidents », souligne-t-il.

De ce fait, un système de caméras de surveillance sera installé pour « tenter de prévenir, ou du moins, d’identifier les gens responsables », commente Marc Champagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *