Accueil » À la une » Dénoncer la maltraitance chez les personnes aînées à travers une pièce de théâtre

Dénoncer la maltraitance chez les personnes aînées à travers une pièce de théâtre

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Nelly Guidici

La pièce de théâtre « Trompe-l’heure et tromperies » de Michel Ouellette, auteur et poète franco-ontarien, a été jouée au Old Fire Hall les 7 et 8 novembre 2014. Présentée par l’Association franco-yukonnaise, l’adaptation bilingue du texte original a été une initiative de l’organisme Franco50, le réseau des personnes aînées du Yukon.

L’équipe des comédiens a joué la pièce « Trompe-l’heure et tromperies » de l’auteur franco-ontarien Michel Ouellette. Dénonçant la maltraitance des personnes aînées, les DVD de la pièce seront distribués gratuitement le 22 avril 2015. Photo : A.B.

L’équipe des comédiens a joué la pièce « Trompe-l’heure et tromperies » de l’auteur franco-ontarien Michel Ouellette. Dénonçant la maltraitance des personnes aînées, les DVD de la pièce seront distribués gratuitement le 22 avril 2015. Photo : A.B.

 

Proposée par la Fédération des aînées et aînés du Canada à Franco50, Patricia Brennan, gestionnaire de projet au sein de ce dernier se rappelle : « On a accepté le projet, mais en lisant la pièce, on était convaincu que ça n’irait pas dans un contexte comme le Yukon. On a demandé la permission à l’auteur de traduire et d’adapter l’œuvre pour qu’elle soit plus pertinente à ce qui se passe dans le territoire. » Philippe Cardinal a eu la tâche de traduire en anglais le texte original, puis Mme Brennan a adapté le texte afin que certains passages seulement soient en anglais. Avec l’aide de Roxanne Thibaudeau, ils ont rejoué la pièce pour s’assurer de la cohérence de l’ensemble. Écrit en 2004, le texte ne représente plus l’ensemble des connaissances acquises ces dernières années sur la démence, Mme Brennan a donc actualisé le texte. « Je voulais garder l’esprit de l’auteur, mais avec toutes les connaissances que l’on a acquises sur la démence, ça ne passait plus. »

Un personnage principal rattrapé par son passé

Cette pièce met en scène le personnage de Baptiste Potvin, résident d’un foyer de soins prolongés, qui feint la démence pour conserver sa chambre. Son passé va le rattraper et bouleverser son monde.

De plus, un personnage a été ajouté pour la version yukonnaise. « On a rajouté le personnage de l’infirmière. Elle personnifie les efforts que fait le personnel de santé partout au Canada. On voulait aussi faire un clin d’œil sur ce que ça signifie de ne pas avoir un service de santé en français ». Ce personnage est aussi une façon d’explorer l’évolution des connaissances sur la démence.

Un message fort

« La pièce a un message vraiment fort qui est de dénoncer la maltraitance des personnes aînées et la fraude. » Malheureusement aujourd’hui, la société rend ces personnes aînées invisibles parce qu’elles cessent de travailler. « Tu perds ta pertinence en société parce que tu as cessé de travailler et tu deviens un fardeau, ce qui est totalement faux », explique Mme Brennan. Le but de cette pièce version yukonnaise de l’œuvre de M. Ouellette semble donc atteint, en tout cas les réactions du public à la suite de la représentation ont montré que le problème de l’âgisme (discrimination liée à l’âge) touche presque tout le monde, de près ou de loin.

La version filmée de la pièce disponible

Plutôt que de faire une tournée avec l’équipe des comédiens qui s’est avérée trop onéreuse, l’idée de distribuer des DVD de la représentation a émergé. Ainsi, le 22 avril 2015 de 17 h à 19 h au Centre culturel des Kwanlin Dün, vous pourrez rencontrer les comédiens, obtenir un DVD ou encore de l’information sur les testaments et la procuration perpétuelle. En partenariat avec Yukon Public Legal Education Association, le film d’animation « L’héritage de Jean » sera également distribué aux personnes présentes. Ce lancement officiel correspondra à la Semaine nationale de sensibilisation aux victimes d’actes criminels et l’ensemble du projet n’aurait pas été possible sans l’appui financier du ministère de la Justice du Canada. En attendant, vous pouvez garder à l’esprit que la maltraitance des personnes aînées existe sous des formes insoupçonnées, et des paroles qui semblent anodines ne le sont peut-être pas autant que ce que vous croyez.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *