Accueil » Actualités » Scène locale » Déménagement : Les EssentiElles se distancient du Centre de la francophonie

Déménagement : Les EssentiElles se distancient du Centre de la francophonie

Maryne Dumaine

Les EssentiElles, le groupe de représentation des intérêts des femmes francophones du Yukon, vient d’annoncer officiellement son déménagement. Après avoir été hébergé depuis plus de 18 ans dans le Centre de la francophonie, l’organisme quitte la rue Strickland et sera désormais situé sur la 3e Avenue, dans des locaux plus grands ayant pignon sur rue.

Émilie Dory, directrice des EssentiElles.
Photo : fournie/Archives AB

 

L’été des EssentiElles n’aura pas été de tout repos, puisque au début du mois de juillet, l’équipe a entamé son déménagement vers un local dont l’adresse a été dévoilée le 31 août dernier. C’est désormais au 3089 de la 3e Avenue que se trouve l’équipe composée d’Émilie Dory, directrice, et Camille Lebeau, assistante administrative et de projets.

Plus de confidentialité

Au cœur de cette décision, « la confidentialité pour les clientes », affirme la directrice. « On s’est dit que le fait de passer devant une réceptionniste d’un autre organisme devait probablement restreindre les services qu’on proposait », ajoute Jocelyne Isabelle, présidente par intérim de l’organisme et ancienne directrice.

En effet, on se rappellera que pour se rendre dans les locaux anciennement situés au sous-sol du Centre de la francophonie, les personnes devaient se présenter à la réception du Centre. Une femme nouvellement enceinte et en quête de services pouvait par exemple être mise mal à l’aise par le processus. Surtout pour celles qui ne fréquentaient que très peu le Centre par ailleurs, ou qui se présentaient pour d’autres services de soutien offerts aux femmes de la communauté en situation difficile.

Les repas répit sous un nouveau format

À la suite de la pandémie et de la cessation des activités rassembleuses, l’organisme a mis en place un moyen de continuer à offrir des services pour diminuer l’isolement des nouvelles familles. « Nous avons eu l’idée de proposer des repas que nous apportons aux mamans », explique Mme Dory. « On a préparé en moyenne dix repas complets pour les familles. Nous avons apporté le premier directement au domicile, mais ensuite, nous avons proposé de venir les chercher au Centre de la francophonie », ajoute la présidente.

Le maintien du service a été une réussite, selon Cindy Breton, participante au programme de Mamans, papas et bébés en santé. « J’ai beaucoup apprécié », dit-elle. « Il y avait même une activité à faire avec notre enfant. En pleine pandémie, ça apportait un moment positif. » La participante au programme a eu la chance de se rendre dans les nouveaux locaux avant l’annonce officielle, pour aller récupérer un prix gagné lors d’un concours lancé au sein du programme. « Je trouve que l’endroit est très accueillant pour une maman. Et il y a plus d’intimité. »

Réorganisation

Le déménagement apporte des nouveautés au-delà des murs, puisque l’organisme a fait le choix de cesser les ententes administratives qui existaient depuis la création de l’organisme avec l’Association franco-yukonnaise. « C’est moi qui vais faire la comptabilité », explique la directrice, « mais ce n’est pas compliqué, car nous ne sommes que deux employées », ajoute-t-elle.

La directrice prendra également momentanément le contrôle des fourneaux, accompagnée de Camille Lebeau et de la présidente, puisque l’été a également été marqué par le départ de Sophie Huguet, ancienne coordonnatrice du programme destiné aux nouvelles familles francophones. « Mais nous avons de nouveaux projets qui nous permettront d’augmenter les ressources humaines », ajoute Mme Dory. « Et après la phase 3 [des mesures sanitaires mises en place actuellement au Yukon], nous rouvrirons le poste pour le PCNP (Programme canadien en nutrition prénatale). »

Plus d’espace

Les locaux de l’organisme seront plus spacieux. « Nous avons une salle de jeu et d’allaitement, une cuisine, un espace d’échange de vêtements de bébé et de maternité, quatre bureaux et nous avons commencé le programme de Cong’Elles, un congélateur communautaire pour les femmes en besoin qui contiendra du poisson et de la viande. »

La présidente, Mme Isabelle, ajoute également que « les économies faites sur les frais de location de salle et de bureaux grâce à ce déménagement permettront d’offrir plus d’activités. » Elle mentionne notamment le projet de tenir plus de rencontres mensuelles et informelles.

La directrice mentionne par ailleurs l’importance d’offrir de meilleures conditions de travail à ses employées. « Nous avons chacune un espace de stationnement, un bureau attitré et des fenêtres qui donnent sur les montagnes. »

Si pour le moment les nouveaux locaux n’ont pas encore de cuisine commerciale, ils possèdent en revanche déjà une salle communautaire. « Je pense qu’elle peut accueillir environ 30 personnes », explique la directrice. « Mais pour le moment, à cause de la COVID, on ne prévoit pas de l’utiliser immédiatement pour réinstaurer les repas répit. On continuera de cuisiner des repas à emporter. »

Célébrations du 25e

L’inauguration des nouveaux locaux aura lieu le 17 septembre, de 11 h à 14 h. Un repas sera offert et la nouvelle programmation de l’organisme devrait y être dévoilée. « Nous allons aussi dévoiler notre nouveau logo et célébrer notre 25e anniversaire. »

Angélique Bernard, commissaire du Yukon et ancienne coordonnatrice de l’organisme, sera la marraine et maîtresse de cérémonie de l’événement. La date de l’assemblée générale annuelle n’est quant à elle pas encore annoncée, mais devrait également avoir lieu prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *