Accueil » À la une » Cultiver des choix santé rapporte à 22 garderies et écoles du Yukon

Cultiver des choix santé rapporte à 22 garderies et écoles du Yukon

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Sophie Veilleux

Le nouveau projet pilote du gouvernement du Yukon dédié aux garderies, « Du champ à la table : Collecte de fonds – Choix santé », a permis à La garderie du petit cheval blanc, l’une des cinq garderies participantes retenues, de récolter 1 120 $. Les fonds amassés permettront d’organiser des activités éducatives et ludiques sous le thème des saines habitudes de vie et de la santé accessibles aux enfants de tous les âges.

« Nous avons vendu 80 boîtes de vingt livres de légumes au coût unitaire de 35 $, totalisant 2 800 $ », annonce avec enthousiasme Jocelyne Isabelle, directrice de La garderie du petit cheval blanc.

« « Du champ à la table » assure aux écoles et garderies participantes un profit de 40 % sur les recettes engendrées », explique Kim Hickman, diététiste communautaire à l’Unité de promotion de la santé du ministère de la Santé et des Services sociaux du gouvernement du Yukon.

Cette année, 22 participants ont répondu à l’appel du gouvernement, dont cinq garderies et dix-sept écoles. Les ventes s’élèvent à 3 800 boîtes, soit 76 000 livres de légumes. Le revenu généré est de 133 000 $, dont 53 200 $ seront redistribués aux participants.

Les services de deux entreprises agricoles locales ont été retenus à la suite d’un affichage d’offre de services par l’entremise de Growers of Organic Food Yukon (GOOFY) et Yukon Agricultural Association (YAA) : Yukon Grain Farm, pour desservir la ville de Whitehorse et les communautés rurales, et Vogt Enterprises pour approvisionner l’École Robert- Service à Dawson.

Manger local, une habitude à cultiver

Mme Isabelle explique que le partenariat avec le programme « Du champ à la table » est intéressant du fait qu’il encourage l’achat local et l’adoption de choix alimentaires santé. La direction de La garderie du petit cheval blanc a ainsi adhéré à ce projet pilote parce qu’il est orienté sur des concepts promus par la garderie, tels qu’adopter une saine alimentation, de saines habitudes de vie et des choix écologiques.

La directrice de la garderie, Jocelyne Isabelle, récolte les dernières carottes du potager. Photo: Sophie Veilleux

La directrice de la garderie, Jocelyne Isabelle, récolte les dernières carottes du potager. Photo: Sophie Veilleux


« Ici, à la garderie, nous encourageons, entre autres, l’ajout de légumes au repas, l’option de contenants réutilisables, la cuisine locale (ex. : tarte aux canneberges sauvages) et le jardinage en bacs. Cet été, les enfants ont eu l’occasion de manger leurs récoltes : des carottes, des haricots, des fines herbes, de la laitue… », dit Mme Isabelle avant d’aller cueillir l’une des dernières carottes du coin jardin.

De plus, en 2016, le gouvernement du Yukon a conçu des outils d’information bilingue pour répondre aux besoins de la clientèle francophone, dont La garderie du petit cheval blanc.

« Je trouve qu’un effort en français a été fait et que c’est bon de le souligner », affirme Mme Isabelle. Le site Internet « Du champ à la table » sera par ailleurs accessible en version française à l’occasion de la prochaine édition, confirme Mme Hickman.

Cultivons l’avenir 2

« Du champ à la table » est un tripartenariat établi entre les ministères de la Santé et des Services sociaux, de l’Énergie, des Mines et des Ressources — Direction de l’Agriculture et de l’Éducation. Il est subventionné par le programme « Cultivons l’avenir 2 (CA 2) » du gouvernement fédéral.

Cultivons l’avenir 2 est un cadre stratégique quinquennal (2013-2018) établissant les fondements du développement des secteurs agricole et agroalimentaire du Canada. (Source : Agriculture et Agroalimentaire Canada)

« Au Yukon, CA 2 est une initiative fédérale-provinciale- territoriale consistant à aider le secteur agricole yukonnais à croître et innover dans le but de devenir un contributeur au bien-être des Canadiens », explique Mme Hickman.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *