Accueil » À la une » Concilier famille et travail : prévenir les risques domestiques

Concilier famille et travail : prévenir les risques domestiques

Julie Gillet

La pandémie de la COVID-19 force de nombreux parents à concilier télétravail et vie de famille. Une situation qui s’avère stressante pour nombre d’entre eux et qui comporte certains risques.

Les mesures de confinement risquent d’entraîner une hausse des accidents domestiques, surtout dans les familles avec de jeunes enfants.
Photo : Julie Gillet

Les mesures de confinement volontaire et de distanciation physique recommandées par le médecin-hygiéniste en chef du Yukon, le docteur Brendan Hanley, ont profondément bouleversé le quotidien de chacun. Le télétravail, notamment, est devenu la norme pour de nombreux employés. Ces nouvelles habitudes de travail demandent des adaptations majeures, davantage encore pour les parents de jeunes enfants.

Jessica Guerette, une Franco-Yukonnaise mère de deux enfants, témoigne : « Je trouve ça très compliqué de gérer à la fois le travail et les enfants, d’avoir à occuper plusieurs rôles en même temps, le rôle de maman, d’enseignante, de travailleuse, de conjointe. Je suis ergothérapeute en milieu scolaire : je connais l’importance des routines, des attentes claires, des structures. Je sais tout ça, mais je suis aujourd’hui incapable de l’appliquer. Avec cette crise, nous avons perdu tous nos repères. C’est assez angoissant. »

Et si la situation s’avère stressante pour de nombreux parents, elle comporte également certains risques. « Je ne peux pas surveiller mes enfants autant que je le souhaite », explique Jessica Guerette. « Je suis parfois obligée de les laisser jouer dehors seules. J’ai confiance en elles, mais une blessure est vite arrivée. En tant que parent, c’est difficile de faire ce choix. Malheureusement, je ne peux pas être à la fois présente à leurs côtés et en réunion. »

Multiplication des accidents domestiques

Sandra Padovani, porte-parole de Parachute, un organisme de bienfaisance canadien de prévention des blessures, craint une augmentation des risques domestiques liés au confinement : « Les parents se retrouvent à devoir travailler tout en surveillant les enfants. Or, il est difficile de rester vigilant à chaque instant lorsqu’on doit cumuler à la fois ses tâches professionnelles et parentales. On ne peut pas avoir des yeux partout. » La porte-parole rappelle quelques chiffres : « Chaque année, les services d’urgence d’un bout à l’autre du Canada reçoivent plus de 20 000 enfants victimes de blessures à domicile. Cela signifie que, chaque jour, environ 55 jeunes enfants subissent à la maison des blessures suffisamment graves pour être conduits à l’hôpital. »

Parmi les risques domestiques les plus fréquents, on compte les brûlures, causées par exemple par du thé, du café ou encore de la soupe chaude renversée. Pour prévenir ce risque, l’organisme de prévention conseille l’utilisation d’une tasse pourvue d’un couvercle hermétique, que l’on placera loin des bords de la table ou du comptoir. Les jeux inadaptés constituent une autre source potentielle de danger. « Si vous avez des structures de jeux dans votre cour, inspectez-les pour vous assurer qu’elles ont bien résisté à l’hiver et qu’elles n’ont pas besoin de réparations », préconisent-ils.

Les risques d’empoisonnement peuvent également être bien réels, surtout en cette période où la peur de la COVID-19 amène les consommateurs à utiliser des produits désinfectants plus fréquemment. « Entreposez en toute sécurité les médicaments, le cannabis, l’alcool, les produits de vapotage, les produits d’entretien et les autres produits ménagers corrosifs ou toxiques dans leur contenant original, hors de portée de votre enfant, loin des aliments et idéalement dans une armoire verrouillée », recommande à ce sujet Parachute.

Plus généralement, afin de prévenir efficacement les risques domestiques, Sandra Padovani conseille aux parents de se mettre « à la place » de leur enfant et d’essayer de voir le monde avec ses yeux, en tenant compte de son développement physique et intellectuel. « Il faut se mettre à sa hauteur et tenter de repérer les sources potentielles de danger. Certaines choses qui semblent anodines de notre point de vue d’adulte ne le sont pas pour lui », conclut-elle.

Pour en savoir plus sur les mesures à adopter pour faire de sa maison un milieu sécuritaire pour les enfants : soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/kidssafe-index.

Initiative de journalisme local APF – Territoires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *