Accueil » À la une » Claire Ness, romantique désespérée

Claire Ness, romantique désespérée

Claire Ness, romantique désespérée
PartagerEmail this to someoneShare on Facebook2Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Thibaut Rondel

La musicienne et humoriste yukonnaise Claire Ness sera sur la scène du Centre des arts du Yukon le 24 avril prochain, à l’occasion du lancement de son premier album baptisé Hopeless Romantic.

Difficilement classable, selon l’artiste, ce disque aux accents folk-jazz contient aussi bien des chansons en anglais qu’en français, ainsi que des éléments d’humour.

« Il y a des histoires d’amour sur le Yukon, une histoire sur l’huile à moteur de tronçonneuse et des chansons inspirantes », indique posément Claire Ness. « C’est pour cela que l’album s’appelle Hopeless Romantic. Mais ce sont des chansons que j’ai écrites il y a six ans, et maintenant, je suis un peu plus cynique!»

Une vingtaine d’artistes et un album devant public

Le 24 au soir, Claire Ness et sa guitare seront accompagnées sur scène par la crème de la scène musicale yukonnaise. Se joindront en effet à elle le batteur Marc Paradis (Soir de Semaine, Brenda Berezan & The Free Radicals), le pianiste Grant Simpson, ainsi que les frères Rob et Bruce Bergman, à la contrebasse et à la guitare Dobro.

« La première partie du concert sera dédiée à la présentation des chansons de l’album Hopeless Romantic, et la seconde partie à de nouvelles chansons », indique-t-elle.

Les compositions jouées en deuxième partie de soirée seront enregistrées le soir même et figureront sur le prochain album devant public de Claire Ness. À noter que Jackfish Girl comptera la participation de près d’une vingtaine de musiciens locaux conviés à poser quelques notes lors de cette performance d’envergure.

Tout au long de la soirée, le public aura ainsi l’occasion de voir se succéder des artistes de talent tels qu’Annie Avery, Hélène Beaulieu, Kim Beggs, Kevin Barr, Fawn Fritzen, Dave Haddock, Andrea McColeman, Keitha Clark, ou encore Lauren Tuck, parmi tant d’autres.

« Je ne sais pas pourquoi je me suis mise en situation de stress pour organiser tout ça », lance Claire Ness. « Je vais dépenser tout mon argent pour payer les musiciens, mais c’est de l’argent que je n’ai pas encore, alors j’espère que le public va venir! »

Deux dates en Nouvelle-Zélande

Claire Ness a réalisé fin mars une petite tournée de présentation de son album de deux dates, improvisée lors d’un voyage en Nouvelle-Zélande.

« C’est mon oncle qui avait arrangé ça. On a conduit d’un bout à l’autre du pays », raconte-t-elle. « Nous avons joué deux fois, dont une fois à une fête d’anniversaire. Moi, je pensais que c’était un événement public, et j’avais invité beaucoup de monde… c’était le foutoir! »

Née au Yukon il y a 27 ans, Claire Ness a vécu dans l’Est pendant sept ans. Elle a notamment habité à Toronto et a étudié à l’École nationale de cirque de Montréal, où elle a pu pratiquer son français.

« J’ai appris le français à l’école élémentaire Whitehorse, mais j’ai découvert un nouvel amour pour cette langue en la pratiquant au Québec », explique-t-elle.

Artiste multidisciplinaire, Claire Ness touche aussi bien à la musique qu’à la danse et aux arts du cirque. Cet été, elle animera notamment des contes de cirque et sera la meneuse de revue du bien connu vaudeville des Frantic Follies.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook2Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *