Accueil » À la une » Changements climatiques : « Des actions, pas du bla-bla! »

Changements climatiques : « Des actions, pas du bla-bla! »

Maryne Dumaine

Grèves étudiantes massives, manifestations pour le climat, prises de parole engagées devant les décideurs politiques : au Yukon comme partout dans le monde, les jeunes se sont mobilisés pour faire pression sur les gouvernements. Leur cheval de bataille : voir apparaître des actions concrètes pour protéger l’environnement dans lequel ils grandiront en tant qu’adultes. En réponse, le gouvernement vient de créer un comité de jeunes, responsable de faire des propositions pour lutter contre les changements climatiques.

Le comité de jeunes pour le climat est composé de huit jeunes de Whitehorse et de cinq jeunes de communautés du Yukon.
Photo fournie.

 

Si, dans son discours du Trône en octobre 2019, le gouvernement du Yukon reconnaissait l’urgence climatique, « Des actions, pas du bla-bla! » restait néanmoins un des slogans phares des manifestations initiées par des groupes de jeunes environnementalistes, au début de l’année 2020. Pour aller au-delà des paroles, le gouvernement a décidé de mettre en place un comité pour que les idées et la motivation des jeunes du territoire aient désormais une voix.

Des jeunes enthousiastes face à l’appel aux candidatures

Treize personnes de 13 à 24 ans, ont été choisies parmi la cinquantaine de candidatures. Si la majorité des jeunes réside à Whitehorse, le comité comprend également des membres de Watson Lake, Haines Junction, Mayo, Dawson et Carcross. Le gouvernement du Yukon a examiné les candidatures et sélectionné les membres du comité en collaboration avec Bringing Youth Towards Equality (BYTE) et la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP).

Parmi les jeunes sélectionnés figure Sophie Molgat, franco-yukonnaise de 14 ans, une des leadeur.es du mouvement de grèves pour la planète. « J’étais étonnée d’être la seule choisie parmi mon groupe, qui organise les manifestations. Mais au-delà des déceptions, on est contents d’avoir une voix. Mes ami.es pourront me donner leurs idées et leurs réflexions et moi, je les partagerais », mentionne avec aplomb la jeune activiste.

« Le groupe de sélection nous a mentionné que le choix a été très difficile. C’est pour cela qu’il y a plus de jeunes que prévu. Nous voulions vraiment que ce groupe soit représentatif de la diversité culturelle, régionale et de genre du Yukon, et que toute une gamme d’âges y soit représentée », explique le ministre des Services aux collectivités John Streicker, qui a accueilli, avec le premier ministre Sandy Silver, les membres du comité lors de leur première rencontre, qui a eu lieu en ligne.

Fruit du respect des engagements politiques

La création de ce comité fait partie d’un des engagements pris par le gouvernement, établis dans Notre avenir propre : La stratégie du Yukon sur les changements climatiques, l’énergie et l’économie verte.

Grâce à ce comité, les jeunes du Yukon pourront exprimer leurs points de vue et formuler des recommandations sur les actions du Yukon en matière de changements climatiques. « J’étais quand même inquiète que ce groupe, en tant que tel, permette au gouvernement de juste dire « voilà, on a fait quelque chose pour l’environnement ». Mais en fait, on est là pour mettre de la pression et pour initier plus d’idées et plus d’initiatives du gouvernement, explique Sophie Molgat.

Le comité de jeunes communiquera ses idées au gouvernement selon les modalités de son choix. « Nous savons que les jeunes vont faire des critiques constructives face aux stratégies déjà existantes et aussi suggérer de nouvelles idées d’actions, assure M. Streicker. Ils vont s’assurer que le gouvernement fera les suivis! »

Préparer les leadeur.es de demain

« Reconnaissant l’extraordinaire leadership des jeunes en matière de changements climatiques, le gouvernement du Yukon tenait à donner la parole à la prochaine génération de leadeur.es », mentionne le communiqué de presse.

Dans le but d’outiller et de renforcer les capacités de ces jeunes déjà engagés, le gouvernement s’est associé à l’organisme BYTE, qui promeut l’autonomisation des jeunes et la promotion de la voix des jeunes au Yukon et dans le nord du Canada. C’est d’ailleurs la directrice de l’organisme, Shelby Maunder, qui encadrera les réunions. Ce partenariat devrait permettre de faire profiter aux membres du comité de formations visant à développer leur leadership et à accroître leurs connaissances en matière de changement climatique.

« Le fait même que les âges et les expériences sont différents entre les jeunes est très formateur », estime M. Streicker, en ajoutant que l’équipe est forte de l’enthousiasme des plus jeunes et de l’expérience des plus âgés du groupe. Sophie Molgat approuve, mais ajoute qu’au-delà des expériences, le « sentiment d’urgence » varie selon les âges, « ceux et celles qui ont 20 ans et plus ont plus d’expérience et plus de connaissances, et ils ont aussi de bonnes idées. C’est vrai que nous, nous n’avons pas encore été à l’université par exemple, mais pourtant, le sentiment d’urgence est plus fort chez les jeunes de 12, 13, 14 ans, je pense. »

Comité de jeunes Yukonnais sur les changements climatiques a été créé en réponse aux demandes faites par les jeunes, lors des manifestations « Friday for the Future » qui ont eu lieu en 2019 et à l’hiver dernier, selon M. Streicker. C’est également une des actions recommandées dans la stratégie Notre avenir propre.
Photo : Archives AB

 

Quelles actions pour le futur?

Le groupe n’a pour le moment pas de date limite pour produire des recommandations ou mettre en place des actions. Un montant de 96 000 $ a été alloué pour le projet. « Ce sont les jeunes qui décideront comment le budget sera utilisé, mais une partie sera reliée à l’organisation du comité [comme les honoraires et les déplacements] », explique le ministre.

Parmi les actions qui pourraient voir le jour, il mentionne qu’il aimerait recevoir des suggestions en matière d’économie verte et d’énergie renouvelable. « Aussi, je pense que les jeunes se donnent le mandat d’être rassembleurs. Les manifestations nous ont montré que beaucoup de jeunes sont inquiets au sujet du réchauffement climatique. Le comité sera une occasion de créer des conversations entre tous les jeunes au Yukon. »

Sophie est du même avis : « Nous avons déjà envisagé un Sommet des jeunes pour le climat, mais c’est encore juste une idée. » Elle ajoute également qu’elle a hâte de s’informer plus au sujet des moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour le Yukon.

La question des élections territoriales l’année prochaine pourrait aussi être l’occasion de faire valoir les priorités des jeunes. « Bien sûr!, assure la membre du comité. Pour le moment le gouvernement nous dit qu’il veut nos recommandations, mais quand arriveront les élections, si le groupe a simplement été un moyen de populariser leur campagne, mais que rien n’a été fait avec nos idées, on n’aura pas peur de leur demander pourquoi, ni de les contredire! »

M. Streicker conclut en remerciant tous les jeunes qui mettent de l’énergie à lutter contre le réchauffement climatique. « Grâce à leurs actions, notre société va vers un futur plus durable. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *