Accueil » Actualités » Cent deux ballons pour les jeunes du Kenya

Cent deux ballons pour les jeunes du Kenya

Maryne Dumaine

En octobre dernier, Nicholas Connell est allé au Kenya avec sa mère. Au-delà de l’excitation de faire un voyage au bout du monde, l’élève de 6e année à l’École Émilie-Tremblay s’est demandé comment il pourrait apporter quelque chose qui aiderait les personnes locales. Son choix : des ballons de soccer.

Nicholas Connell a profité d’un voyage au Kenya pour apporter 102 ballons pour de jeunes locaux.
Photo fournie

Dès la rentrée scolaire, au mois d’août dernier, l’adolescent commence ses démarches. « J’ai un ami qui était déjà allé au Kenya. Il m’a dit que les gens là-bas lui avaient demandé de l’aide pour les villages, par de l’eau ou de l’argent. C’est lui qui m’a donné l’idée », affirme Nicholas Connell. Il commence dès lors à faire appel aux personnes de son entourage, mais il va aussi plus loin : il entreprend des démarches auprès de Canadian Tire et de Yukon Soccer Association.

John Macphail, alors directeur général de l’association de soccer se souvient : « Un jour, je suis arrivé au bureau et une lettre m’attendait. Le jeune garçon avait fait sa demande par écrit. On a

bien sûr voulu l’aider et on lui a fourni des ballons, c’était une très bonne idée! » Selon ses propos, ce genre d’initiative n’arrive pas souvent, encore moins sur l’initiative individuelle d’un adolescent.

Entre ces deux commandites et des dons de ballons ou en argent venus de son entourage, Nicholas a pu récolter 102 ballons. « J’avais une valise juste pour ça! » explique-t-il en riant.

Une fois arrivé au Kenya, il distribue alors les ballons dans les écoles, les maisons et les clubs de soccer de la ville où il séjourne. « Les jeunes n’y croyaient pas », explique-t-il, « ils ne croyaient pas que je les donnais gratuitement! Ils étaient vraiment contents! »

Pas loin de son camp d’hébergement se situait un terrain de soccer, ce qui a permis à Nicholas de jouer très fréquemment avec les jeunes locaux. « J’ai beaucoup joué au soccer, mais quand je suis au Yukon, je ne suis pas inscrit au cours de soccer », explique-t-il. Sa démarche est donc réellement partie de sa volonté d’aider les autres.

Actuellement, Nicholas est dans la famille de sa mère en Ontario pour la période de l’épidémie. Il songe déjà à d’autres idées. « Si j’y retourne, je pense que j’essaierais d’apporter des souliers, car j’ai remarqué que beaucoup de jeunes n’en ont pas là bas. »

Pour conclure, Nicholas souligne qu’il tient à remercier toutes les personnes qui l’ont aidé dans ce projet et qui lui ont donné de l’argent ou des ballons à apporter aux jeunes du Kenya.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *