Accueil » À la une » Casse-Noisette revisité s’aventure dans la nature du Yukon

Casse-Noisette revisité s’aventure dans la nature du Yukon

Maryne Dumaine

Chaque année, l’école de danse Northern Light à Porter Creek présente le traditionnel conte féérique dansé sur la musique de Tchaïkovski. L’année 2020 marque le 30e anniversaire de l’école et, pour l’occasion, l’équipe des chorégraphes a misé sur le charme yukonnais.

Christina Buckle montre les costumes du spectacle. Enveloppés individuellement, les costumes ne seront portés par les élèves de l’école de danse que le jour du spectacle. Viktor Tolgyësi et sa partenaire de scène, Éleanor Setteington sont un des deux seuls couples à avoir le droit d’avoir des contacts (autorisés pour les pas de deux), pour la chorégraphie. Photos : Maryne Dumaine

 

Ce n’est plus la peine d’expliquer pourquoi : cette année, les choses sont vouées à prendre de nouveaux tournants. Pour certaines organisations, c’est peut-être l’étincelle qu’il fallait pour enflammer l’imagination locale. C’est en tout cas le pari que prend l’école de danse Northern Light pour son traditionnel spectacle de fin d’année.

Une touche typiquement yukonnaise

Dans sa version originale, le conte relate l’histoire de Clara qui, le soir de Noël, reçoit de son oncle un casse-noisette. Pendant la nuit, une merveilleuse féerie commence : dans le salon, les jouets s’animent et le casse-noisette se transforme en prince. Mais cette année, au lieu du thème des sucreries, le spectacle aura plutôt une touche yukonnaise. Le public pourra suivre Clara alors qu’elle s’embarque dans un voyage au cœur de la nature sauvage du territoire, avec son casse-noisette, à la rencontre du puissant fleuve Yukon, des amis de la forêt et des aurores boréales.

« Nous voulions célébrer le 30e anniversaire d’une façon spéciale, et nous avons pensé à cette idée cet été, indique Christina Buckle, directrice artistique de l’école de danse. L’histoire et les chorégraphies sont vraiment différentes ». La seule année où l’école avait apporté une variante dans son spectacle traditionnel, c’était à l’occasion de son 25e anniversaire. « Nous avions alors présenté Le Lac des cygnes, précise la directrice. Nous avons d’ailleurs continué à le présenter chaque année comme spectacle additionnel. »

Un spectacle qui sort de l’ordinaire

Cette année, Clara et son casse- noisette sortiront donc vraiment des sentiers battus. Viktor Tolgyësi, qui incarnera le casse-noisette, est enthousiaste : « C’est un très beau spectacle, les danses, les costumes, c’est vraiment beau et très yukonnais! ». Il ne cache néanmoins pas ses inquiétudes. « J’espère que le Centre des arts ne va pas fermer, sinon, nous aurons fait tout ce travail pour rien ».

Au début des répétitions, l’école n’avait pas reçu l’autorisation de faire des pas de deux. « Nous pouvions danser, mais pas nous toucher. On ne pouvait pas faire de portées, par exemple. »  Le gouvernement a finalement autorisé l’école à créer deux « couples » pour ces moments essentiels du spectacle. Un soulagement et beaucoup de travail ont suivi cette annonce.

Pour Viktor, qui n’avait jamais incarné ce rôle, il a fallu mettre les bouchées doubles. Le danseur principal indique qu’il pratique sa technique quatre fois par semaine, tandis que les répétitions pour le spectacle en tant que tel remplissent parfois les deux jours de ses fins de semaine. Le rôle de Clara sera interprété, sur pointes, par Éleanor Setteington.

Photo : Maryne Dumaine

 

Redonner à la communauté

Le spectacle sera cette année présenté uniquement en ligne. Habituellement, le spectacle de Casse-Noisette est une occasion de collecter des fonds pour l’école de danse. Cette année, face à l’impossibilité de permettre à une centaine d’élèves de monter simultanément sur scène tout en ayant un public, les organisatrices ont, là encore, fait preuve d’imagination.

« Nous allons filmer le spectacle sur plusieurs jours, au Centre des arts, indique Mme Buckle. Nous avons créé les chorégraphies en nous assurant que chaque scène compte un maximum de 20 individus. Nous savons que beaucoup de familles ne pouvaient pas venir au Yukon cette année. En le proposant sous format vidéo, les proches et les familles des danseurs et danseuses pourront voir le spectacle de n’importe où au Canada ou dans le monde. »

Afin d’encourager l’économie locale, l’école a créé un partenariat avec différents restaurants de Whitehorse. Les personnes qui achèteront des repas à emporter pourront visionner le spectacle gratuitement. « C’était important pour nous, en ce moment, de redonner à notre communauté qui nous soutient chaque année », conclut Mme Buckle. Les restaurateurs intéressés à se joindre à l’activité peuvent toujours contacter l’école de danse. Le spectacle sera diffusé les 12 et 13 décembre. Les billets sont en vente sur le site yukontickets.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *