Accueil » À la une » Bourses en art : les récipiendaires du Prix pour les artistes établis (Advanced Artist Award) dévoilés

Bourses en art : les récipiendaires du Prix pour les artistes établis (Advanced Artist Award) dévoilés

Laurie Trottier

Roman graphique, musique électronique, réalité virtuelle : les nouveaux récipiendaires du Prix pour les artistes établis, bourse du gouvernement du Yukon, ne manquent pas de projets pour l’année 2021, ni d’esprit d’équipe.

Marten Berkman est ravi d’inclure la danse de Michaëla St-Pierre dans son projet de réalité virtuelle. Photo fournie.

 

 

Le Prix pour les artistes établis s’adresse aux artistes d’expérience proposant des projets novateurs ou souhaitant approfondir certaines notions artistiques et vise à contribuer à leur rayonnement. La bourse, offerte deux fois par année, a été attribuée à 25 artistes à l’automne 2020, dont Joyce Majiski.

La peintre et sculptrice émérite, qui a déjà reçu huit fois ce prix au cours de sa carrière, utilisera ce fonds pour se concentrer sur son nouveau projet : la création d’un roman graphique. Cette variante d’une bande dessinée propose un format un peu plus long et est destinée à un lectorat plus âgé.

L’environnement en toile de fond

Après l’exposition récente de son œuvre Song of the Whale en décembre dernier au Centre des arts du Yukon, Joyce Majiski est déjà à la recherche d’une autre forme d’art, toujours avec une visée écologique et environnementale : « Je veux explorer l’écriture comme une nouvelle façon d’exprimer mes inquiétudes, une différente façon d’aborder des enjeux qui sont importants pour moi », affirme-t-elle.

What we learned about the Truls n’a pas de date de sortie officielle, puisque Joyce Majiski souhaite se laisser le temps d’explorer toutes les avenues possibles. « La bourse permet de laisser du temps aux artistes pour qu’ils n’aient pas à se demander comment ils vont subvenir à leurs besoins », confie l’artiste multidisciplinaire. Chose certaine : l’univers utopique que Joyce Majiski mettra en œuvre sera empreint d’écologie, d’originalité et de responsabilité collective.

Le thème de l’environnement s’inscrit aussi au cœur des productions de Marten Berkman, également récipiendaire du Prix, qui se concentre sur la relation entre les humains et le reste de la nature.  « On est devenus très éloignés de la terre et je trouve que l’art est un des moyens pour exprimer cette connexion, qui est toujours là, mais que nous perdons inconsciemment », estime le Montréalais d’origine.

La bourse lui servira à développer un tout nouveau projet de réalité virtuelle. Lui qui a fait ses preuves dans le format 3D depuis déjà quelques années voit en cette nouvelle forme d’art une belle façon d’offrir cette connexion au public.

Voir plus grand en coopérant

Marten Berkman a tendu la main à une multitude d’artistes afin de concrétiser son projet, en y incluant notamment l’art de Heather Von Steinhagen, la danse de Michaëla St-Pierre et l’improvisation musicale de Jordy Walker, ainsi que plusieurs autres. « C’est magique pour moi de travailler avec d’autres personnes sur un sujet commun. Je suis excité de savoir ce qu’on peut découvrir et créer ensemble », s’enthousiasme-t-il.

Celui qui obtient ainsi son quatrième prix pour les artistes établis affirme ne pas avoir de réalisation favorite, mais plutôt que « chacune est un pas, une étape » dans l’évolution de sa vision artistique. Son œuvre devrait aboutir à l’hiver prochain.

En plus de participer à la production artistique de Marten Berkman, Jordy Walker offrira des séances de mentorat à Lorène Charmetant pour l’intégration de musique électronique dans sa musique acoustique. Lorène Charmetant met la main sur un Prix pour les artistes établis pour la première fois de sa carrière et est ravie de pouvoir utiliser les fonds pour apprendre à « aller plus loin et [à] développer une certaine compétence musicale » dont elle a besoin pour son travail.

Les sessions de mentorat ont déjà débuté et s’échelonneront sur un an, avec des séances de base, d’exploration et des techniques de fabrication de son. Lorène Charmetant est connue pour sa musique à mi-chemin entre le folk et le jazz et travaille présentement à la réalisation d’un EP. « Ça permet d’avoir du temps qui est dégagé pour ça », se réjouit-elle, tout en insistant sur le talent de Jordy Walker.

En raison des conséquences indéniables de la COVID-19 sur le domaine des arts, le gouvernement du Yukon a annoncé qu’il doublerait les fonds disponibles pour le Prix pour les artistes établis. Le montant est donc passé de 75 000 à 150 000 $ pour le concours d’été et d’automne 2020. La prochaine sélection de boursiers et boursières se déroulera au mois d’avril 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *