Accueil » Courrier » Bannir la fracturation hydraulique et investir dans les énergies renouvelables ou démissionner

Bannir la fracturation hydraulique et investir dans les énergies renouvelables ou démissionner

Bannir la fracturation hydraulique et investir dans les énergies renouvelables ou démissionner
PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

On a vu dernièrement comment le gouvernement du Yukon se comporte dans le dossier de la Peel, le dossier de la Commission scolaire et bien, c’est tout à fait pareil dans le dossier des gaz de schiste. Bien qu’il ait mis en place le Select Comity de la fracturation hydraulique, le gouvernement vient de signer un contrat avec la Colombie-Britanique (http://goo.gl/XZ9lOs) pour s’entendre avec eux avant même les recommandations du Select Comity.

Plusieurs citoyens sont écœurés, comme on dit.

Un multiculturaliste a décidé de faire une pétition en ligne en trois langues : français, anglais et allemand. Lien français : http://goo.gl/f0KoXq.

Voici le texte à signer et partager dans vos réseaux partout dans le monde.

« Nous exhortons le gouvernement du Yukon au Canada à décourager l’introduction du gaz naturel liquéfié (GNL) ainsi que l’expansion d’infrastructure de combustibles fossiles, car ils sont significativement basés sur l’extraction de pétrole et de gaz non conventionnel (fracturation hydraulique).

Nous exhortons le gouvernement du Yukon à bannir la fracturation hydraulique sur ses

480 000 kilomètres carrés de territoire vierge, dont l’importante ligne de partage des eaux de la rivière Peel, parce que la fracturation hydraulique n’est pas économique, entraîne une pollution dévastatrice et un large éventail d’impacts impossibles à atténuer.

Nous exhortons le gouvernement à investir immédiatement dans les énergies renouvelables pour un Yukon sans fracturation hydraulique ou à démissionner. »

Ici, au Yukon, 28 février 2014, j’amende le dicton : « Il ne faut pas mordre la main qui nous nourrit. »

En ajoutant : « À moins qu’elle n’ait dans ses desseins d’empoisonner la vie. »

Je sais que ma rime et cette pétition en tourmentent plusieurs, et je leur souhaite l’audace d’au moins la partager.

http://goo.gl/f0KoXq

Pour en apprendre davantage sur la fracturation hydraulique, une présentation adaptée et traduite est en cours d’élaboration et sera présentée avant la fin de mars. Date à venir. Restez branché. Merci.

Jacqueline Vigneux
pour un Frackfree Yukon (Facebook)

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *