Accueil » Actualités » Article de l’Arctique : Premiers pas vers une souveraineté énergétique à Old Crow

Article de l’Arctique : Premiers pas vers une souveraineté énergétique à Old Crow

Roselyne Gagné-Turcotte

Située à environ 125 km du cercle polaire arctique, Old Crow est la communauté la plus au nord du Yukon. En juillet, 100 % des besoins énergétiques des quelque 250 personnes qui y vivent seront comblés par 750 panneaux solaires installés en bordure de la piste d’atterrissage de l’aéroport du village.

«  “Le cadre réglementaire dans lequel notre communauté produira et vendra l’électricité générée par les panneaux solaires à ATCO Yukon nous permettra de débloquer plus de 250 000 $ annuellement […]. Cet argent sera réinvesti et redistribué stratégiquement dans d’autres initiatives vertes, afin de générer encore plus de changements pour nos générations futures”, indique le chef Tizya-Tram.  »
Photo : Vuntut Gwitchin Government

 

Le contexte géographique éloigné et le manque d’accessibilité de la communauté, qui n’est desservie par aucun réseau routier, ont accru la dépendance d’Old Crow aux énergies fossiles durant les dernières décennies. L’aboutissement d’un ambitieux projet de ferme solaire permet maintenant à la communauté de générer sa propre énergie verte et même bientôt, dès juillet, de stocker celle-ci dans un système de batteries décentralisé.

« Lorsque la seconde phase du projet sera complétée, en juillet 2021, ce sera la première fois depuis les années 1970 que nous serons en mesure de fermer complètement les générateurs au diesel. Les journées ensoleillées d’été nous permettront de retourner à ce merveilleux silence de la terre qu’appréciaient nos ancêtres, entre la rivière Porcupine et la montagne Crow », indique Dana Tizya-Tram, chef de la Première Nation des Vuntut Gwitchin.

En effet, en été, la production d’électricité au diesel ne sera plus nécessaire, ce qui permettra à la communauté de réduire sa consommation de près de 190 000 litres annuellement. En hiver, les modélisations montrent qu’environ 24 % des besoins énergétiques de la population seront comblés.

Le projet, par ailleurs finaliste pour le Prix Inspiration Arctique en 2014 et en 2016, est le fruit d’un partenariat entre la Première Nation et plusieurs autres instances gouvernementales et privées, telles que ATCO Yukon, l’Agence canadienne du développement économique du Nord, Ressources naturelles Canada et la Société de développement du Yukon. 

D’importants délais causés par la pandémie de la COVID-19 ont toutefois retardé de plus d’un an l’échéancier initial du projet, entamé depuis bientôt neuf ans, principalement en raison de la limitation des déplacements des entrepreneur.e.s et expert.e.s chargé.e.s de l’installation. « Nous avions aussi planifié une grande célébration, durant laquelle le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations Perry Bellegarde et le premier ministre Justin Trudeau devaient se joindre à nous », se désole Dana Tizya-Tram.

La souveraineté énergétique en réponse à l’état d’urgence climatique

Les citoyens de la Première Nation des Vuntut Gwitchin considèrent le concept de souveraineté énergétique non seulement comme la clé d’un avenir résilient, mais aussi comme une priorité pour surmonter les difficultés relevées par l’état d’urgence climatique, déclaré par M. Tizya-Tram en mai 2019. « Le cadre réglementaire dans lequel notre communauté produira et vendra l’électricité générée par les panneaux solaires à ATCO Yukon nous permettra de débloquer plus de 250 000 $ annuellement, pour notre petit village de 250 habitants. Cet argent sera réinvesti et redistribué stratégiquement dans d’autres initiatives vertes, afin de générer encore plus de changements pour nos générations futures », indique le chef de la Première Nation.

Ces projets incluent entre autres des solutions pour la production d’énergie durant les mois d’hiver. Un imposant projet de ferme éolienne est notamment envisagé par les Vuntut Gwitchin. « Bien qu’elle soit généralement plus complexe et qu’elle implique d’importants défis en milieu nordique, l’énergie éolienne possède un potentiel incroyable, et plusieurs communautés du Yukon, notamment celle de Carcross, étudient cette possibilité pour alimenter les besoins en énergie de leur population », se réjouit Jean-Paul Pinard, ingénieur expert en énergie éolienne.

Une étude de faisabilité récemment complétée à Old Crow montre aussi que l’énergie produite à partir de biomasse issue des saules pourrait répondre de façon durable et complémentaire aux besoins énergétiques saisonniers de la communauté. « J’ai espoir que très bientôt, nous ne serons plus dépendants des génératrices au diesel », pense le chef Tizya-Tram.

Old Crow : carboneutre d’ici 2030

Les nombreux projets à vocation énergétique qu’envisage la communauté d’Old Crow trouvent leur fondement dans une résolution adoptée par l’assemblée générale de la Première Nation des Vuntut Gwitchin, visant à l’atteinte de la carboneutralité d’ici 2030. Cet objectif surpasse grandement les objectifs du plan stratégique Notre avenir propre, qu’avait émis le gouvernement du Yukon en 2020 (qui visaient une réduction de 30 % (par rapport à 2010) des émissions de gaz à effet de serre provenant de la génération de l’électricité, du chauffage, du secteur des transports et de plusieurs activités commerciales et industrielles,  d’ici 2030).

Selon M. Tizya-Tram, le plan constitue « un bon effort » de la part du gouvernement du Yukon pour entamer une réduction de l’impact des changements climatiques sur le Nord. Cependant, le chef de la Première Nation met en garde les communautés autochtones de leur sous-représentation lorsqu’il est question d’imposer des plans stratégiques à échelle nationale ou internationale.

« Durant l’accord de Paris, par exemple, les États ont pris en charge la question des changements climatiques. Les peuples autochtones se sont fait écarter de la table des négociations, et leurs valeurs et besoins particuliers n’ont pas été représentés de façon adéquate. J’ai décidé de ne pas donner mon pouvoir aux négociateurs internationaux, [en charge de représenter le Canada durant la négociation de l’accord de Paris], car je considère que nos communautés doivent avoir leurs propres discussions. En regardant la stratégie Notre avenir propre, nous devrions tous voir notre responsabilité face à la menace des changements climatiques ; nous ne pouvons pas laisser cette lutte aux négociateurs, politiciens ou aux leaders des grandes industries », ajoute M. Tizya-Tram.

Les Territoires du Nord-Ouest aussi alimentés par l’énergie solaire

Aux Territoires du Nord-Ouest, l’énergie solaire ne répond actuellement qu’à un peu moins de 1 % des besoins énergétiques du territoire, une valeur toutefois supérieure à celle du Yukon et du Nunavut. Plusieurs projets solaires y sont déjà en exploitation, incluant celui de la communauté de Coldville Lake, TNO, qui compte environ 160 habitants, et qui possède une capacité de 136,5 kW. Jusqu’alors, il s’agissait de la plus grande installation solaire du Nord canadien. À titre comparatif, le projet d’Old Crow aura une capacité environ trois fois plus grande, soit de 330 kW. Tout comme Old Crow, la communauté de Colville Lake est aussi alimentée par un système hybride faisant intervenir l’énergie solaire avec batteries et du diesel, et ce, depuis 2016.

Questionné quant au futur de la résilience énergétique des communautés du nord du Canada, le chef Tizya-Tram est confiant : « Nous [Les peuples autochtones] contemplons chaque jour la relation qui existe entre notre monde moderne et nos valeurs traditionnelles. Une fois que nous aurons acquis les outils modernes de notre économie et de nos industries, et que leur utilisation sera guidée par nos principes ancestraux, nous montrerons au reste du monde comment créer un équilibre avec notre environnement. Ce sont les communautés autochtones de l’Amérique du Nord de notre monde moderne qui montreront le futur pour le reste du monde. »

 

Articles de l’Arctique est une collaboration des cinq médias francophones des territoires : les journaux L’Aquilon, l’Aurore boréale, et Le Nunavoix ainsi que les radios CFRT et Radio Taïga.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *