Accueil » Actualités » Accompagner une personne endeuillée

Accompagner une personne endeuillée

Sandra St-Laurent, PCS

Photo Pixabay

 

« Lorsque quelqu’un que vous aimez devient une mémoire, la mémoire devient un trésor ». Anonyme

Comme à l’image de toutes expériences de vie déterminantes, le deuil prend plusieurs formes. Que ce soit la disparition d’un être cher, d’un animal de compagnie, la perte d’une capacité ou d’un emploi, chaque expérience est vécue de façon personnelle. D’où l’importance de faire preuve d’empathie et de douceur, car il est utopique de croire (et dire) qu’on sait comment une personne peut se sentir. Le chemin du deuil est unique et changeant. Les allers-retours de la mémoire sont parfois nombreux, parfois douloureux, parfois aussi, apaisants. C’est pourquoi il est préférable de rester à l’écoute de l’autre et de ses besoins. Certains parleront beaucoup, d’autres n’en ressentiront pas le besoin, mais apprécieront votre présence à leurs côtés. Vous ne savez pas quoi dire? Dites-le simplement, en toute sincérité, et restez présents. Pleinement conscients et présents. Dans la tristesse, la douleur, la joie aussi, et le soulagement parfois.

L’accompagnement dans le deuil, c’est un peu comme tenir le bras d’une personne qu’on aime, pendant qu’elle trouve son chemin. À son rythme. Son chemin.

De quoi a-t-on besoin quand on est en deuil?

– D’être écoutés sans jugement. Le deuil peut susciter toute une gamme d’émotions fortes.

– De prendre soin de soi que ce soit en allant se promener dehors ou faire une activité physique légère pour s’aérer l’esprit, car l’activité physique donne un petit coup de pouce à votre cerveau

– De se créer des petits rituels selon ses croyances et son inspiration. Il suffit de trouver quelque chose qui permettra de bâtir son « trésor » et de s’engager de façon créative dans un projet de vie (ou de mémoire). Les boîtes à souvenirs en sont un exemple, tout comme les lettres ou courriels fictifs, ou encore la tenue d’un journal de deuil.

– De se faire du bien en pratiquant une activité qui nous soutient et nous nourrit comme la lecture, le chant, les arts, un bon bain, etc. Quitte à essayer un nouveau passe-temps ou loisir. Cela peut contribuer à briser l’isolement en échangeant avec des gens qui partagent la même passion.

– D’être aidé, et ce, même si parfois ça ne semble pas évident de faire entrer quelqu’un dans notre quotidien. Cette aide peut avoir des effets très bénéfiques sur notre charge de travail, mais aussi sur une certaine charge émotive aussi! Sans insister, on peut suggérer des petits gestes (déneiger la cour, apporter le courrier, aller faire l’épicerie, l’accompagner à la bibliothèque, etc.) qui font une différence dans la vie courante d’une personne endeuillée. Se faire aider pour de menues tâches peut représenter un premier pas vers le rétablissement.

– De bien s’entourer. Parfois, les proches ou la famille ne sont pas les meilleures personnes pour nous soutenir dans ces moments de deuil et il faut le reconnaître. Dans d’autres cultures, il existe des doulas de la mort qui accompagnent de la même manière qu’il existe des doulas de naissance qui préparent les nouveaux parents. Au Yukon, nous avons la chance d’avoir quelques options pour du soutien en français et il est important de suggérer cet appui si vous êtes inquiets pour vos proches endeuillés.

Il n’y a pas de « recette magique » pour réconforter quelqu’un, pour trouver les mots, les gestes qui font du bien, mais on sait que le fait d’être pleinement là, avec empathie et respect, est un des éléments qui facilitent le processus du deuil. Le temps des fêtes peut être particulièrement difficile pour certaines personnes, soyez vigilants! N’hésitez pas à rejoindre le réseau si vous avez envie d’en connaître davantage sur les activités en français et ressources en lien avec le deuil.

Ressources supplémentaires sur le deuil

– Hospice Yukon : service d’accompagnement dans le deuil pour la famille et les proches ainsi que les entreprises, de vigie auprès des personnes mourantes, ateliers et groupe de marche, bibliothèque avec des ressources en français : 66677429, hospiceyukon.net

– TAO Tel-Aide service d’écoute empathique en français, ouvert 24/24 h et 7 jours sur 7, confidentiel, par téléphone, et sans frais : 1-800-5567-9699

– Partenariat communauté en santé : centre de ressources avec livres et DVD sur le deuil en français pour emprunt, manuel des aidants (gratuits), trousses de deuil gratuites à emporter (textes et référence), trousse de deuil pour les enfants (emprunt), ateliers en français en collaboration avec Hospice Yukon Renseignements : 668-2663 poste 800, pcsyukon@francosante.org

– De l’aide professionnelle est disponible en français et les coordonnées peuvent être consultées via le site Internet du PCS francosante.org

– Cœurs-douceurs : projet de couture de petits cœurs en tissu pour accompagner les personnes endeuillées. Trousses de fabrication disponibles auprès d’Hospice Yukon et modèle gratuit via le PCS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *