Accueil » À la une » « Des changements majeurs doivent être apportés au système de santé »

« Des changements majeurs doivent être apportés au système de santé »

Julie Gillet

Un groupe d’experts indépendants a examiné le système de santé et les services sociaux au Yukon. Le rapport de cet examen, La population d’abord, a été rendu public le 13 mai dernier. Il comprend 76 recommandations visant à améliorer la santé et le bien-être des Yukonnais.

Le rapport La population d’abord livre des recommandations pour la mise en œuvre d’une approche globale de la santé au Yukon. Photo : Julie Gillet

 

« Le système de santé et les services sociaux du territoire possèdent un certain nombre d’atouts, mais n’adoptent pas actuellement l’approche la plus efficace pour soutenir la santé et le bien-être des Yukonnais ni pour utiliser au mieux les ressources. » Voilà l’une des conclusions du panel d’experts indépendants mandatés par le gouvernement du Yukon en novembre 2018 pour examiner les programmes et services sociaux et de santé du territoire. Ce processus d’un an et demi a abouti au rapport final La population d’abord, rendu public le 13 mai dernier.

« Le total des dépenses de santé par personne est plus de 1,65 fois supérieur à la moyenne nationale. Pourtant, l’espérance de vie et l’état de santé perçu sont plus mauvais au Yukon que dans les autres régions du Canada », analysent les experts. Ceux-ci identifient plusieurs causes aux dysfonctionnements actuels. Ils pointent notamment le manque de coordination et d’échanges d’information entre les différents intervenants. « Malgré la taille relativement réduite du territoire et le petit nombre de prestataires, le système est fragmenté et fonctionne en silos. »

Le rapport contient 76 recommandations visant à améliorer la santé et le bien-être des Yukonnais, à mieux gérer les coûts et l’efficacité du système et à offrir une meilleure expérience tant au public qu’aux prestataires de soins. Il souhaite une réorientation du système de santé fragmenté actuel vers un modèle plus global centré sur les personnes. « Le Yukon a conçu son système de santé pour fournir des soins médicaux aigus », souligne le rapport. « La plupart du temps, il le fait bien. Il prend soin des personnes malades, mais n’en fait pas assez pour maintenir les gens en bonne santé. » Les experts préconisent une approche plus globale de la santé. Ils souhaitent davantage de proactivité dans la prise en charge des facteurs qui peuvent entraîner des problèmes médicaux, comme le logement, l’alimentation ou le revenu.

Pour y parvenir, « des changements majeurs doivent être apportés. » Ces changements incluent, entre autres, la création d’un nouvel organisme gouvernemental indépendant qui serait chargé de mettre en place une approche intégrée de la santé. Aussi, la mise en place d’un nouveau modèle de soins, dans lequel chaque Yukonnais serait jumelé à un prestataire de soins, aussi près que possible de chez lui. Ce modèle impliquerait la suppression progressive des cliniques privées, remplacées par des polycliniques publiques où des équipes de professionnels travailleraient de concert afin d’accompagner les patients tout au long de leur vie.

La ministre de la Santé et des Affaires sociales, Pauline Frost, a déclaré par voie de communiqué que son ministère allait maintenant revoir le plan pour déterminer la faisabilité des changements suggérés. « Ce rapport propose une approche audacieuse qui ferait du Yukon un chef de file national au chapitre de la prestation des services sociaux et de santé, en le faisant progresser vers un système holistique axé sur la personne », souligne-t-elle. « Une analyse approfondie reste encore à faire, mais je crois que c’est la bonne direction à suivre dans notre territoire, et je suis très heureuse de voir qu’une approche aussi progressiste et moderne est proposée pour revitaliser les services de santé au Yukon. »

Pour lire le rapport complet : https://yukon.ca/fr/la-population-dabord

Initiative de journalisme local APF – Territoires


Un revenu annuel garanti pour améliorer la santé de tous

La Coalition anti-pauvreté du Yukon applaudit les recommandations du rapport La population d’abord. Parmi ces recommandations figure l’introduction d’un projet pilote de revenu annuel garanti.

Julie Gillet

Les membres de la Coalition anti-pauvreté du Yukon ont félicité le panel d’experts indépendants ayant rédigé le rapport La population d’abord pour l’ampleur et la vision de leur travail. « La réunion mensuelle régulière de la Coalition a été marquée par un enthousiasme certain quant au ton du rapport et à la nature progressive des recommandations », a déclaré Charlotte Hrenchuk, la coprésidente de la Coalition, par voie de communiqué le 27 mai dernier.

Les membres de la Coalition ont souligné que le rapport livrait une évolution honnête de la situation, mettant en exergue la complexité du système de santé actuel, le manque d’intégration culturelle et le soutien insuffisant aux Yukonnais les plus précaires. Le chapitre 5 dudit rapport, Combler les écarts pour les Yukonnais à faible revenu, est particulièrement apprécié par l’organisation. Celle-ci travaille depuis longtemps sur les liens étroits entre pauvreté et santé. « Pris dans son ensemble, le revenu est l’un des plus importants, sinon le plus important déterminant de notre santé », expliquent les experts dans le rapport. « Notre revenu affecte notre accès au logement, aux prestations de santé complémentaires et même à la nourriture. […] L’environnement socio-économique joue un rôle beaucoup plus important que les soins médicaux sur notre santé. »

Parmi les recommandations émises par les experts en vue d’améliorer la santé et le bien-être des Yukonnais figure l’introduction d’un projet pilote de revenu annuel garanti. « Un programme de revenu annuel garanti est une approche alternative pour lutter contre la pauvreté », notent-ils. « Dans les années 1970, le Manitoba a mené une expérience de revenu annuel garanti de quatre ans pour les familles. Cette expérience a donné des résultats positifs, notamment une réduction de 8,5 % des hospitalisations pour maladie mentale, accidents et blessures. »

Un projet pilote similaire a également vu le jour dans le sud de l’Ontario en 2017. Bien que ce projet ait été écourté, un rapport réalisé par l’Université McMaster en souligne les résultats très positifs : une grande majorité des participants ont fait état d’un meilleur bien-être physique et mental, ont augmenté leur activité physique et réduit leur consommation de tabac et d’alcool. Les visites chez le médecin et les déplacements aux urgences ont également fortement baissé. « Ces chiffres sont encourageants », estiment les auteurs de La population d’abord, précisant qu’au Yukon, « le projet pilote devrait être suffisamment long pour évaluer les impacts sur une série de résultats, notamment l’éducation, l’emploi, le revenu, l’état de santé, l’utilisation des soins de santé et l’activité économique ».

« La Coalition a déjà mis en place un groupe de travail pour examiner comment contribuer à la réalisation de ces innovations à grande échelle », a indiqué Kristina Craig, la directrice générale. L’organisation encourage le gouvernement à en faire de même.

Initiative de journalisme local APF – Territoires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *